Economie du savoir : les recettes pour plus d’innovation, d’engagement et de résultats


En complément des nombreuses analyses et présentations de ce qu’est le "social software", Cecil  Dijoux présente avec pertinence et brio l’essentiel, l’utile et le nécessaire pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de la mise en oeuvre d’une plateforme type réseau social d’entreprise.

A lire et relire  ici ou sur thehypertextual.com

Edition de logiciels : la survie passe obligatoirement par le "social"


Enterprise 2.0 est devenue une appellation, certes, un peu galvaudée, mais néanmoins représentative d’une certaine réalité dans l’évolution des entreprises.

Aujourd’hui de nombreux chefs d’entreprise tentent d’adopter le concept ou, à minima, savent qu’il existe et souhaiteraient en savoir plus.
Il est également satisfaisant de constater – à la suite des premiers retours d’expérience – que la mise en oeuvre d’un réseau social d’entreprise n’est plus l’apanage de quelques-uns (early adopters), mais que l’outil est considéré comme essentiel au développement de l’entreprise.

Depuis les années 80, les entreprises ont travaillé et se sont appuyées sur des d’applications du type 1.0 que l’on peut classer selon trois types :

  • Les applications transactionnelles : solutions centrées sur les données et conçus pour gérer les processus et les transactions commerciales de base.
  • les outils de productivité : outils axés autour des documents utilisés par les employés et utilisés pour la gestion et la maintenance des fichiers.
  • les outils de communication : du type courrier électronique  (problématiques de volume sans cesse croissant, classement, organisation, archivage) à disposition de chaque collaborateur.

Geoffrey Moore, auteur de la bible du marketing hi-tech Crossing the Chasm, qualifie ces applications Enterprise 1.0 de "systems of records", et en toute modestie, nous les avons qualifié ici d‘informatique de gestion !
Tout en répondant à un besoin essentiel des entreprises, il leur manque la capacité à promouvoir l’engagement social.

Le modèle Enterprise 2.0 : un nouveau paradigme de gestion basée sur les réseaux sociaux d’entreprise.

C’est en quelque sorte la plate-forme d’engagement pour tous et, bien au-delà de l’entreprise, qui permet à chacun de s’engager davantage en restant connecté avec les personnes et les activités autour de soi.

Ce faisant, la participation, la contribution, et la collaboration gagnent en efficacité pour permettre d’atteindre ainsi les objectifs opérationnels plus élevés pour l’entreprise.
Les réseaux sociaux d’entreprise ont pour objectif de "mettre" un peu plus d’engagement, de contexte social, dans les systèmes de gestion auxquels ils ne se subsituent pas (pour le moment) !

De nombreuses entreprises ont fait des expériences avec les plates-formes d’engagement ces deux dernières années avec un taux d’échec relativement élevé.
Certains rapports indiquent même que près de 90% des projets d’engagement basés sur un réseau social d’entreprise meurent, ou connaissent un "désintérêt" très rapide, dans les 3-6 premiers mois.

Pourquoi l’adoption d’une plate-forme de l’engagement d’un tel défi difficile à relever ?
Une de réponses est que nous avons tous des vieilles habitudes qui ont la vie dure.
Nous préférons tous continuer à faire les choses de façon familière, donc facile – basée sur les systèmes que nous avons connus tout au long de notre vie professionnelle – et que toute nouveauté peut être perturbatrice et gênante pour la plupart d’entre-nous.

Et, ainsi que nous l’avons déjà maintes fois signalé, toute adoption réussie nécessite une transformation culturelle, comportementale pour toute l’organisation.

De par leur conception, les logiciels et systèmes actuels sont centrés autour des enregistrements, basés sur les données d’entreprise, les documents, les  messages, le tout orchestré à partir des modèles et des processus.

Nous agissons quotidiennement dans une organisation du travail très structurée, principalement réactive, et basée sur un flux de production linéaire.

Différemment, les plateformes d’engagement sont elles centrées sur la personne.
Leur mission est de faciliter les tâches de collaboration tellesque la résolution de problèmes, la gestion des exceptions, la recherche d’un consensus ou d’une solution novatrice, etc., bref toutes les tâches qui ne peuvent être modélisées et programmées dans des processus structurés ou des flux de travail.

En conséquence, la plateforme doit se développer pour être porteuse de proactivité  et s’engager, en parallèle, dans des activités multiples, transversales et diverses, telles que :

  • Rassembler et maintenir une "masse critique" de membres actifs à travers et au-delà de l’entreprise.
  • Bâtir un écosystème de réseaux et de communautés par ces membres et pour ces membres.
  • Contribuer à "donner du sens" aux relations entre les membres
  • S’intégrer pleinement avec les systèmes actuellement en production.
  • Valoriser les contributeurs (ereputation) et faire en sorte que tout le monde est incité à apporter des idées et partager les connaissances en tout temps.
  • Permettre le suivi de toutes les activités pertinentes par n’importe qui, n’importe où, n’importe quand.
  • Mettre en évidence avec opportunité les sujets et les collaborations d’actualité.

Le but des réseaux sociaux d’entreprise est de faciliter les changements et de réussir à transformer les habitudes de chacun –  passer d’un comportement réactif à la proactivité, d’un fonctionnement linéaire à un modèle diffus (transversal) –  objectif qui est loin d’être trivial.

Alors de quoi avez-vous besoin ?

D’une volonté politique, de leader(s) qui apporte(nt) leur soutien à ce changement et de solutions (plateformes) techniques matures, intégrées et réellement centrées autour de l’engagement !

————————————————————————————————————–

Note largement inspirée de la publication faite par Pehon Cheng (Broadvision) dans CIO Network daté du 22 avril 2011

Réseaux sociaux d’entreprise : le libre-échange au service des idées


Nul n’est besoin de revenir sur ce qu’est le libre-échange, mais bien plus de mettre en exergue un des nombreux avantages qu’offrent les réseaux sociaux d’entreprise.

Si le développement des échanges des biens et des marchandises a, sans aucun doute, largement contribué à la richesse des pays occidentaux (donc des entreprises et des populations), plusieurs théories continuent à enrichir la réflexion tandis que la tentation du protectionnisme reste toujours bien réelle !

Un concept libéral

Quelle que soit l’appellation que l’on donne à l’entreprise de demain (voir l’article de Richard Collin) et à son (ses) modèle(s), elle continuera à s’inscrire dans un concept libéral !
La question qui nous concerne est de comprendre en quoi des nouveaux outils ainsi que des nouveaux comportements peuvent créer à l’intérieur de l’entreprise les conditions favorables (et bénéfiques) de la mise en oeuvre d’un système de libre échange au niveau des idées.

Jusqu’alors tant la division du travail (chère tant à Adam Smith qu’à Ricardo) que la théorie de Grubel à propos du commerce de similitude (et tant d’autres) ont contribué à créer un espace global et structuré d’échanges de biens à notre bénéfice, mais qu’en sera-t’il dans une économie où l’information gagne quotidiennement en valeur tant en interne qu’avec la globalité de l’écosystème de l’entreprise ?

S’affranchir de l’accaparation : de l’ownership au stewardship

Les réseaux sociaux d’entreprise sont des plateformes faciles à mettre en oeuvre au service de projets souvent bien plus complexes et innovants que les solutions techniques.

La réflexion la plus commune et la plus commentée est probablement celle qui concerne les contenus partagés dans ces espaces.
Les questions de confiance sont omniprésentes et Bertrand Duperrin s’en fait l’écho dans sa dernière note tandis que nous abordions récemment le sujet sous un autre angle.

Des éléments de réponse résident dans le fait que le réseau social d’entreprise met d’emblée les contenus publiés en perspective en terme de pertinence, d’acuité, j’oserais même dire d’intelligence et qu’une stratégie de gouvernance de l’information est indispensable !
Il nous faut donc savoir TOUS être patients dans notre apprentissage et mettre en oeuvre des stratégies de "stewardship" de l’information et des contenus afin de les "libérer" dans un processus ouvert au service des projets !

Une exigence de maturité

Le libre échange au niveau des idées et au service des projets dans et par delà l’entreprise x.0 requiert de la maturité.

Cette maturité que devinons de plus en plus dans les plateformes proposées par les éditeurs n’est pas sans poser de nouvelles questions et je vous renvoie à l’excellente note publiée par Thierry de Baillon sur le sujet !

J’espère qu’il ne m’en voudra pas de reprendre à mon compte, le conseil qu’il délivre aux éditeurs "Je sais bien qu’une lutte pour le pouvoir et le profit est en train de se jouer, mais par pitié, jouez le jeu expliqué de long en large dans vos livres blancs: la collaboration, ou si vous préférez la coopétition, est le futur du business. Et ce, y compris pour les éditeurs de plateformes collaboratives".

J’y ajouterai simplement que ce conseil vaut également pour les responsables et décideurs et je leur demanderai d’accepter d’avoir la cohérence de favoriser en interne et au service de l’entreprise, ce libre-échange des idées, libre échange par ailleurs qu’ils adorent pour ce qui est des biens et marchandises.

Une simple question de maturité ?, pas si sur !