C’est décidé, à la rentrée je serai un collaborateur 2.0 !

Eh oui, il n’y a pas de raison que je ne participe pas de cette "évolution" et depuis que j’ai lu ce papier d’Anthony Poncier intitulé Du collaborateur 2.0 à l’entreprise 2.0, je dois avouer que je me sens prêt.

Je travaille dans une entreprise qui sans être très ancienne (créée dans les années 70) n’a plus, depuis longtemps, l’esprit d’une start-up, mais qui est restée modeste en terme de taille, à dimension humaine (enfin c’est ce qu’on dit!).

Je fais partie du middle management, vous savez ceux qui, souvent, saluent avec condescendance les employés et avec obséquiosité (un peu ou beaucoup, c’est selon) leurs supérieurs.
J’ai fait mes études dans une école de commerce et depuis j’utilise mes acquis (en plus de quelques formations complémentaires que j’ai suivi) pour faire au mieux mon job et atteindre mes objectifs et je dois avouer, qu’à près de 45 ans, je suis assez satisfait de mon parcours.

Depuis quelques semaines, le bruit court dans l’entreprise (enfin surtout à la cafet’ et sur le trottoir devant l’immeuble – à la "smoking zone") que nous allons pouvoir disposer d’une nouvelle plateforme 2.0.
L’année dernière, le gros projet (le DG ne parlait plus que de cela en réunion générale) c’était le passage au cloud computing.
Je ne sais pas ce qui a été fait, mais pour moi, celà n’a rien changé, à part un nécessaire apprentissage de l’utilisation de SalesForce (de toute façon, l’ancien CRM avait été qualifié d’obsolète par le nouveau Directeur Financier!).

Mais là, je suis super motivé !

Je viens de finir de lire le bouquin d’Alain Garnier et Guy Hervier et  j’ai également beaucoup appris en lisant les articles sur les blogs d’Anthony Poncier, mais aussi de Frédéric Poulet (sympa le côté provocateur) et de Bertrand Duperrin (un peu Docteur la Science dans le ton, mais pertinent, enfin à mon avis), sans oublier celui de Claude Super (très pragmatique et orienté business – pas un bisounours, celui-là!).

Et puis, j’ai maintenant un compte Twitter (bien sur que je suis sur FaceBook, mais comme dit mon neveu, ça me saoule un peu ces temps) et plus de 30 followers, mais je ne m’y suis pas encore mis à fond.
Par contre, mon profil sur LinkedIn fonctionne bien : plus de 500 contacts, des relations avec des collègues et des recruteurs et une sauvegarde de mon carnet d’adresse pro !

Bon demain, je pars en congés, mais juré à la rentrée, je serai un collaborateur 2.0 !

Pour commencer, j’ai bien compris que l’entreprise allait changer et que les modes de management et les relations entre managers, mais également entre managers et employés, ne seront bientôt plus comme avant (comme dans les cours de management que j’ai suivi).

Je suis heureux que les connaissances de chacun, y compris les miennes, soient reconnues et partagées au bénéfice de l’entreprise.

Mettre en avant ses compétences et partager avec les autres devraient nous apporter à tous une meilleure efficacité et, vu la charge de travail et les responsabilités, cela va nous aider.

Et puis, réseauter en dehors de la cafet’ ou du bistrot du coin, pouvoir discuter de projets et de sujets pros avec mes collègues basés en dehors du siège, voire même avec des partenaires, ne peut être que bénéfique (j’en suis persuadé vu mon expérience sur LinkedIn et FaceBook).

Les RH, lors de la dernière réunion générale des collaborateurs, nous ont bien expliqué qu’il était important de "libérer la parole" et ainsi de valoriser notre savoir et notre "intelligence collective".
Wowww !!!, cool et quand le directeur a mis en exergue sur sa slide la citation de Lew Platt ex-CEO de HP : “If only HP knew what HP knows, we would be three times more productive", nous avons été plusieurs à avoir le sentiment d’avoir été, enfin, entendus et compris : nous allions pouvoir participer activement, donner notre avis, contribuer et montrer notre réelle valeur !

Nous sommes sortis de cette réunion gonflés à bloc et puis le nom du projet collaboratif est plutôt sympa : Un + TOUS (à mon avis, ils se sont inspirés de Google +, mais bon !!! et puis Google + je n’ai pas le temps de m’y mettre avant les vacances !)

Hier, on en discutait avec Christophe (mon collègue responsable EMEA Sales Operations) à l’occasion d’un lunch avant les vacances (lui part en Croatie avec sa famille) et je l’ai senti sur la réserve.

Christophe était aussi enthousiaste que moi et ce n’est pas peu dire qu’il attend des changements et notamment un peu plus de reconnaissance de la part de sa hiérarchie pour le boulot et l’efficacité de son équipe, mais depuis il a réfléchi – me dit-il, et il est un plus réservé.

Pour lui, le  projet et cette nouvelle plateforme ne nous ont pas été présentés d’une manière claire (je dois reconnaitre que le directeur informatique n’a rien dit et qu’on ne sait même pas à quoi cela va ressembler !) et du coup on ne sait pas qui va supporter l’initiative :

  • les RH ?,
  • le CEO ? (pas sur, il fait taper ses emails par son assistante),
  • les métiers ? (si oui, lesquels),
  • l’informatique ?

Christophe a raison, mais on va recevoir des informations complémentaires en temps voulu et puis la plateforme, si c’est comme les réseaux sociaux …facile !

Je l’ai trouvé assez négatif pour ne rien vous cacher (pas de quoi me gâcher le moelleux au chocolat, mais presque !).
Christophe devait être dans un mauvais jour : très collaboratif et partageur avec moi, mais très critique à propos de Un+TOUS !

Pour lui, cette innovation (si cela s’avère en être une ! dixit C.) sera une charge supplémentaire et ses journées sont bien trop remplies tandis que les collaborateurs de son équipe vont passer (perdre) leur temps à discuter en ligne pour rien au lieu de faire leur boulot (Christophe fait partie de ceux qui demandent que les accès FaceBook, LinkedIn, etc. soient bloqués au niveau réseau de l’entreprise).

En plus des bavardages inutiles qu’il redoute, Christophe avoue qu’il ne sent pas à l’aise rien qu’à l’idée que tout le monde dans l’entreprise puisse lire et discuter ses notes ou ses idées : ses chefs oui, mais les employés non !

Christophe n’est pas un littéraire et ses email sont bourrés de fautes (vous savez le genre de texte qui devient tout rouge quand le correcteur orthographique est activé), contrairement à moi (c’est vrai qu’au marketing, on écrit plus souvent donc on fait plus attention) et il craint dêtre "dévalorisé" par des notes de mauvaise qualité quant à la forme, sans compter qu'"on ne peut pas avoir un avis sur tout et n’importe quoi" comme le précise-t’il souvent !

J’ai compris que ce qui le retenait le plus était que les RH, qui nous ont présenté rapidement le projet, ont laissé planer de nombreux doutes, trop pour Christophe.
Il pense que tout ce que nous pourrons dire, partager, émettre, suggérer dans cet espace servira à nous évaluer que ce soit du côté de nos équipes que de celui de nos supérieurs et pour Christophe la prudence s’impose !

Il a peut être raison, mais, à mon avis,  le jeu en vaut la chandelle et les risques ne sont pas si importants si on accepte de jouer le jeu avec simplicité, honnêteté (intellectuelle) et bienveillance.

Et puis c’et décidé, avec Un + TOUS et malgré Christophe, à la rentrée je serai 2.0 !

Au fait, et vous, êtes-vous déjà 2.0 ?

Bonne vacances !

19 réflexions sur “C’est décidé, à la rentrée je serai un collaborateur 2.0 !

    • Merci Matthias (je n’ai pas lu ce livre, mais Cecil Dijoux en a parlé sur son blog Hypertextual).
      a bientôt ;-)

  1. Carrément d’OK, très frais, et si simple !
    Je crois qu’on rencontre tous le même discours dans nos entreprises : un de mes passages préféré : "(…)Pour lui, cette innovation (si cela s’avère en être une ! dixit C.) sera une charge supplémentaire et ses journées ont bien trop remplies tandis que les collaborateurs de son équipe vont passer (perdre) leur temps à discuter en ligne pour rien au lieu de faire leur boulot (Christophe fait partie de ceux qui demandent que les accès FaceBook, LinkedIn, etc. soient bloqués au niveau réseau de l’entreprise)." J’adore !

  2. Super, Claude, cet article ! Bravo pour la "tronche" de vie !

    Juste pour jouer les “Christophe”, il y a qqs fautes… de frappe.
    Heureusement que ce n’est pas écrit par un informaticien…

    Le correcteur orthographique a vu par exemple :
    – créee dans les années 70 (créée)
    – le DG ne parlait plus que de celà en réunion générale (cela)
    – ça me saoûle un peu (saoule)
    – celà va nous aider (cela)
    – pas de quoi me gacher le moelleux au chocolat (gâcher)
    – il craint dêtre « dévalorisé » (d’être)
    – ont laissé planner de nombreux doutes (planer)

  3. a t’on pensé aux 6% de personnes handicapées et pas que de l’orthographe, que toute entreprise doit recruter et à celles qui ont du mal avec leurs doigts , comment font elles pour fabriquer leur e-branding et améliorer leur Klout factor?
    Ne stigmatisons pas les réfractaires au 2.0 et surtout un bon manger l’est déjà avant l’arrivée du 2.0, ce Christophe l’est il? si oui il le restera.
    Papier qui m’a plu et qui pointe ce que je nomme "les radins du Pourquoi?" qui ne se donnent pas la peine d’expliquer le ? de leurs projets quitte à dire "c’est la mode"

  4. Merci Claude pour la citation,

    en tout cas ça m’a fait bien rire et puisque tu aimes les bisounours, un petit renvoi vers un vieux papier de chez moi : L’entreprise 2.0 : bienvenue chez les Bisounours ? http://poncier.org/blog/?p=1422

    D’ailleurs j’entends souvent cette expression ces derniers mois, je me demande si je devrais revendiquer la paternité ;-)

  5. Bonjour Claude,
    super article (un tout petit peu trop long à mon goût) et merci pour toutes les références !
    Et bien voilà que ce n’est facile et claire nulle part cette histoire 2.0 ;-)
    Bonnes vacances !

  6. merci pour le billet…
    collaborateur 2.0. n’est donc pas (encore) collaboratif ? Je note que l’on cherche UN pilote pour "supporter l’initiative" parmi la RH, CEO, métiers ou Informatique. En suivant l’organisation de l’entreprise. Pourquoi n’y aurait-il pas un "collaboratif" pour cela ? Cela semble difficile à imaginer ?

  7. Billet en effet intéressant. Merci.
    Il illustre bien le partage entre enthousiasme et craintes face aux initiatives 2.0 dans les entreprises, notamment au niveau du middle management.
    Il montre bien que derrière les effets d’annonce sur ce genre d’initiatives, une conduite du changement s’avère nécessaire.

  8. Pingback: Collaborateur 2.0 et réseau social d’entreprise : droit de réponse « InfGov's Blog | Claude Super

  9. Pingback: Intrapreneurship : mythe ou opportunité ? (#intranet) « InfGov's Blog | Claude Super

  10. Pingback: CEO 2.0 : je veux mon réseau social d’entreprise ! « InfGov's Blog | Claude Super

  11. Pingback: Deux ans de blogging et même pas fatigué ;-) | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  12. Pingback: Demain, je serai “collaborateur 2.0″! la suite (1 an après)… | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  13. Pingback: L'actualité des TPE du 23 juillet 2012 - Qualysto

  14. Pingback: C’est décidé, à la rentrée je serai un collaborateur 2.0 ! | L'ADN des réseaux sociaux

  15. Pingback: C’est décidé, à la rentrée je serai un collaborateur 2.0 ! | L'ADN des réseaux sociaux

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s