Entreprise collaborative, social business : quelles "élites" demain ?

Qu’est ce qui fera l’élite de demain : la formation, la culture, le réseau ?

On parle beaucoup de l’évolution des entreprises vers des modèles plus collaboratifs, plus ouverts, plus transparents, pour plus de performance sociale et économique, mais qui sont ceux qui vont initier, acccompagner et  réussir ces transformations ?

On parle également beaucoup à travers le monde de l’échec de nos élites actuelles !
Ainsi, Chris Hayse (The Nation) explique :

We have a social model that is breaking down before our eyes, a method of elite selection that is growing increasingly sclerotic, rigged, and corrupt

Un extrait d’une interview :

L’un des arguments phare est le déclin de la méritocratie (ou son absence) et l’existence d’une élite "auto proclamée", peu transparente, parfois corrompue et fonctionnant en "vase clos" !

En France, On se souvient encore du lancement du mot "Énarchie" par Jean-Pierre Chevènement, Alain Gomez et Didier Motchane dans L’Énarchie ou les Mandarins de la société bourgeoise, publié en 1967, pour dénoncer l’oligarchie à la tête (notamment) de l’administration et au faîte du pouvoir.

Le monde économique n’est pas en dehors de ce "phénoméne", et la "caste dirigeante globalisée" se partage les jetons et les sièges des conseils d’administration des Fortune 100 (voir "L’oligarchie des incapables" de Sophie Coignard et Romain Gubert paru le 6 janvier 2012), mais également des institutions clefs notamment de l’UE (Mario Draghi) et  tue pour certains la volonté d’entreprendre.

Au niveau de l’entreprise, les "élites" actuelles ont privilègié la recherche d’une forte rentabilité immédiate (ou à court terme) et pérenne souvent au détriment d’une vraie réflexion quant à la performance et aux choix stratégiques qui sauront le mieux la servir !

Et demain ?

A rapidement regarder les sites web des "business schools", le modèle 2.0 ne semble pas encore très largement diffusé dans les cursus ; bien évidemment on parle beaucoup de Andrew MacAfee et de Harvard Business School, mais pour le reste, on en trouve plus sur YouTube (voir les vidéos de Gary Hamel)

Il est vrai que les "compétences" ne courent pas les rues et qu’il est encore plus facile de s’en tenir aux programmes définis et balisés depuis la fin des années 70.

Il est également vrai que tant la sélection sociale des élèves, la logique du classement, la quasi certitude d’avoir un job (et le choix) à la sortie ajoutés parfois à une certaine faiblesse de la formation ne sont guère favorables à la préparation d’une "élite" performante parce que d’abord concernée et visionnaire.

Au niveau du politique, comme de l’entreprise, on voit émerger l’importance de la légitimité mais peux-t-on affirmer qu’une formation dans quelque encore prestigieuse école que ce soit suffit à asseoir cette légitimité ?

Nous sommes entrés dans les années 1990 dans un époque où

  • la "pudibonderie verbale" (le fameux politiquement correct) fait figure de politesse,
  • être conventionnel vous rendrait presque automatiquement performant, 
  • où le principe de précaution annihile tout velléité de prise de risque, 
  • et où la créativité et la différence ne sont "admises" que quand elles sont sources de succès (la mesure étant souvent monétaire!).

Maintenant, les attentes sont différentes, les discours plus variés, les relations plus faciles (au moins d’un certain point de vue) et les informations toujours plus disponibles.

Est-il-imaginale que cette évolution reste en dehors des entreprises, bien sur que non !
Et le management actuel (C-level) entend bien en profiter ou du moins s’y adapter en donnant une forte impulsion à la mise en oeuvre de supports et de pratiques allant dans ce sens.

Qu’en est-il de nos élites ?

Tout d’abord, il faut avouer qu’on ne les a pas encore beaucoup entendu sur le sujet, mais n’est-il pas vrai qu’en général on ne les entend que très peu et qu’elles réservent leurs réflexions à leurs conclaves privés ;-)

Je crains, pour ma part, qu’elles regardent cette évolution avec les yeux et les mêmes réflexes que toujours, c’est à dire dans une perpective uniquement "productiviste" !

Sont-elles capables de changer de prisme, de s’exposer un peu plus, de faire preuve d’une réelle transparence ?
On l’espère vivement, mais pour certains, il est à craindre que c’est peine perdue !

Et demain ?

Comment sont formés les dirigeants et autres managers de demain pour accompagner l’entreprise sur ces nouveaux chemins ?

Les "business schools" ont-elles entamé leur propre mouvement vers le modèle 2.0 ?
On sait que c’est en bonne voie pour l’enseignement (MOOC >>Chaine YouTube comme celle de l’ESSEC), mais pour le reste : leur management, leurs pratiques, la collaboration, la transparence, le lien direct, etc. ?

Peux-t-on considérer qu’il n’y a pas besoin de préparation particulière et que tout se fera "naturellement" ?

Tout autant de questions qui aujourd’hui restent sans réponses claires !

Pourtant, la montée en performance des modèles collaboratifs et sociaux demandent de l’attention, du leadership, au service d’une vision pour toute l’entreprise (cols bleus et blancs) et il est impensable pour elles en premier, mais également pour la réussite de ces intiatives, de la faire sans l’apport et l’appui des élites intellectuelles, économiques, culturelles, sportives, voire politiques dans une approche elle aussi transverse et collaborative !

Votre avis ?

10 réflexions sur “Entreprise collaborative, social business : quelles "élites" demain ?

  1. Merci pour cette analyse pertinente.
    Même si quelques institutions de formation se penchent effectivement sur la formation à la collaboration et à ces ‘nouvelles’ méthodes de management, j’ai peur que cela ne concerne qu’une petite minorité …
    Comme vous le dites, les élites n’ont pas une vision claire de l’avenir et ne cherchent pas à faire évoluer le système éducatif dans ce sens. Il faut alors compter sur des initiatives locales qui demandent beaucoup d’énergie …

    • Si la vision d’Henri FORD est une vision partagée par les promoteurs du capitalisme, alors il faut peut être se réveiller ! Pour mémoire, je vous rappelle que le "monsieur" ford est le financeur d’un certain adolf Hitler, qu’il a permis à ce dernier d’accéder au pouvoir, qi’il a toujours soutenu de III° reich, …
      Si c’est ça la vision du capitalisme !!!!

  2. ce qui permet de construire une vision de son environnement stratégique et donc à ce que vous appelez "élite" de comprendre pour agir est plus complexe qu’une simple formation et s’acquière plus certainement en dehors des systèmes scolaires (ce qui ne veux pas dire qu’il ne faut pas aller à l’école mais que ce n’est pas suffisant !). C’est à la portée de tout à chacun, citoyen désireux de prendre sa vie en main et soucieux de ne pas laisser les "autres" décider de sa vie. ça demande de la volonté, un esprit critique développé et bien entrainé, une culture générale toujours alimentée, une libre pensée, la confrontation de ses idées à d’autres, … bref, autant de choses qui ne sont pas enseignées dans la plupart des écoles :):)

  3. Ping : Entreprise collaborative, social business : comment “faire du neuf avec du vieux” ? | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  4. Ping : Social business, la fin de la « mécanisation  des esprits ? | «Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  5. Ping : E20, collaboratif, social business et horlogerie suisse | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  6. Ping : Le social business en 2013 : état des lieux et perspectives | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  7. Ping : C-suite et social business : en toute déconnection ! | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s