Social business, la fin de la "mécanisation" des esprits ?

En matière de business et d’entreprise, il est bizarre de parler autant d’innovation tout en laissant si peu d’espace aux créatifs que nous pouvons être !
Le "social business" est atout pour les entreprises qui souhaitent mettre en oeuvre des pratiques efficaces en support à l’innovation et parfois à la créativité des employés, des clients, mais nous sommes obligés de constater que les initiatives qui ont encore le plus de succès dans les organisations sont celles centrées sur les processus et l’automatisation dans une vision systématique !
Il a eu le taylorisme, il y a maintenant la débacle des "élites traditionnelles", il y a égalemement une crise dans la réflexion autour de notre avenir et tout simplement de la performance économique.
Pourtant, les signes ne manquent pas !

Récemment, le pays du fromage, du bon vin (ce n’est pas le seul OK) et de la râlerie permanente (c’est le seul) a adressé un signe encourageant : une armée de pigeons (voyageurs ?) en lutte contre le pouvoir.
Je ne reviendrai pas sur les revendications de ce mouvement, mais un article paru dans le très conventionnel "Sud-Ouest" (oui, le quotidien du pays de Mauriac, mais également de Mitterand et de Beigbeder), article signé Pascal Piq intitulé Darwin et les pigeons, a retenu mon attention.

En éminent spécialiste de l’évolution, Piq y écrit:

Cette troisième révolution (industrielle) se fera avec les grandes entreprises – dont certaines changent déjà de modèle – et les nouvelles, plus à même de proposer des solutions inattendues. Une question de réseaux reliant la diversité des compétences. Ça, c’est darwinien.

Les réseaux, les flux, une dynamique "darwinienne", oui deux fois oui, mais quoi, des solutions inattendues !!!

Il faut effectivement de l’innovation dans la pensée, dans les organisations, dans les modèles, dans les connecteurs, les relais et les mesures.

Pourquoi?

Tout simplement parce qu’à confondre systématique et performant, on est parfois plus rationnel, mais très souvent moins pertinent.

La systématisation (équivalent de la mécanisation à l’échelle du cerveau) est une fausse bonne idée car à l’instar du taylorisme (dont elle n’est qu’un des derniers avatars) elle n’est pas adaptée à ce que demande aujourd’hui le "meilleur" (le plus rentable) segment de clients : la proximité, le service et la légitimité du fournisseur !

Et comme le précise Cédric Deniaud dans son billet du jour, la corrélation entre interne et externe doit être réelle.
Pour ma part, j’ajouterai qu’elle ne peut pas se faire uniquement qu’avec des outils, des procédures, des modèles car pour être efficace elle a besoin d’expérience, de réflexes, de savoir-être et de savoir-faire, bref de beaucoup de qualités qui ne s’acquièrent pas par la formation ni les tests sous forme de QCM, mais grâce à l’accompagnement.

Et le réseau si cher aux Darwiniens est également de ce point de vue le meilleur atout dont nous pouvons disposer !

Alors, on a simplement envie de dire à tous les managers et autres dirigeants et responsables d’entreprises que l’innovation n’est pas un vain mot et qu’il ne s’applique pas qu’aux produits, aux services et/ou au processus informatique, mais également et probablement surtout (en ce moment) à vos manières de faire et d’être, à vos relations internes et externes.
L’innovation, sociale, technique, managériale, est aujourd’hui, non seulement espoir de performance économique de demain, mais facteur de légitimité.

Alors faites confiance à vos collègues, vos employés, vos clients, sachez apprécier leur pertinence et leur bienveillance, apprenez avec eux les limites des comportements systématiques qui tuent la créativité et surtout n’oubliez jamais qu’une feuille excel n’a jamais signé un contrat de vente, ni un bon de commande ;-)

A propos du taylorisme, l’interview de Gilles Lipovetsky réalisée par Thierry de Baillon pour Future Collaboration

;

Selon Baron-Cohen, il y aurait deux "profils de compétences que l’on peut associer au genre de la personne :
Un « cerveau féminin » caractérisé par une plus grande habileté dans les tâches liées à l’empathie sociale : capacité à imaginer et à se représenter les pensées et les sentiments des autres, sensibilité à la communication verbale et non verbale, sensibilité aux situations sociales.
Un « cerveau masculin » caractérisé par une plus grande compétence dans les tâches liées à la systématisation, l’analyse et la représentation des systèmes, la déduction et la classification de leurs composantes et de leurs interactions

5 réflexions sur “Social business, la fin de la "mécanisation" des esprits ?

  1. Bonjour Claude

    Les termes de Cerveau féminin et masculin correspondent à une façon d’être cognitive et non une réalité biologique (Darwin) d’après Baron-Cohen lors de ses travaux sur l’autisme. Il suggère alors que l’autisme peut être perçu comme une forme extrême de cerveau masculin mais par prudence il ne soutient pas que les femmes et les hommes aient un cerveau différents et que les femmes autistes aient un cerveau masculin.

    Cette dénomination malheureuse de Baron-Cohen continue de propager le mythe de cerveau masculin et féminin comme ce billet le fait en reprenant une information de surface et qui s’est avérée fausse depuis 2003, date de publication de.ses travaux

    Par ailleurs, les travaux du professeur Montagnier montreraient que l’autisme est d’origine bactérienne, ce qui interroge d’autant plus sur cette analyse mythique de cerveau masculin et féminin et des extrapolations que chacun peut en faire.

    Ainsi contrairement à l’argument que tu avances "beaucoup de qualités qui ne s’acquièrent pas par la formation ni les tests sous forme de QCM, mais grâce à l’accompagnement.’ il semblerait que les mauvaises formations actuelles sous conception darwiniste ne permettent pas de se doter des bonnes compétences mais je te rassurer, la formation innove et permet aujourd’hui aux individus de se doter des bonnes compétences pour répondre aux lois de l’évolution dont le darwinisme fait partie mais n’est pas le tout comme l’hérédité épigénétique, culturelle et environnementale

    "Je ne sais pas quelle est la question mais la réponse est la formation" W. Allen

    Bien à toi
    .

    • Merci de ces précisions bienvenues.
      Loin de moi, l’idée d’attester ou pas de l’intérêt de ces travaux, mais simplement d’illustrer la "systématisation"!
      Pour le reste, je vous fait entièrement confiance, notamment en ce qui concerne l’évolution de la "formation".
      Merci encore

  2. Pingback: La communauté au coeur de l’organisation 2.0 | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  3. Pingback: Rentabilité, automatisation des services, client et social business, cherchez l’intrus !! | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  4. Pingback: C-suite et social business : en toute déconnection ! | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s