Réseaux sociaux d’entreprise : savoir cultiver son jardin !

Ce n’est pas un hasard si Yann Gourvennec nous propose une présentation de 11 constats sur les fondamentaux du RSE !

En effet, il y a peu, Gartner annoncait que, selon une étude, seuls +10% des réseaux sociaux d’entreprise pouvaient être considérés comme des réussites !

Les échecs sont à imputer à un manque d’objectif clair !
Pour le cabinet, le chemin vers le succès des plateformes sociales et collaboratives passe obligatoirement par un  objectif qui sache répondre à  5 caractéristiques :

  • Le "magnétisme" : Le but devrait naturellement inciter les gens à participer du fait du «ce que je vais y trouver".
    Les utilisateurs doivent saisir facilement son importance et la valeur de la participation. L’objectif doit avoir un sens pour les participants, et générer chez eux un besoin impérieux d’y participer.
    Si vous devez investir beaucoup pour  susciter l’intérêt des utilisateurs, vous avez choisi le mauvais objectif !
  • L’engouement : Le but doit "parler" à suffisamment de personnes pour catalyser une communauté et offrir un haut niveau de contribution des participants.
    Les meilleures communautés sont fortement déséquilibrées dans leurs approches bidirectionnelles, ce qui signifie que la collectivité contribue beaucoup plus aux échanges que l’entreprise.
    Un objectif pertinent crée une richesse de contribution souvent inattendue.
  • La valeur pour l’organisation : Le but doit correspondre à un objectif "business".
    C’est la caractéristique «ce qu’il y a dedans pour l’organisation". Choisissez des buts où la valeur pour l’organisation peut être clairement mesurée et partagée avec la communauté, c’est une source de motivation pour continuer à participer.
  • Un faible risque pour la collectivité notamment au regard de quatre types de risques:
    •    culturel :  la culture d’entreprise n’est pas propice à la collaboration de masse.
    •    d’adoption : les employés ne seront pas enclins à collaborer sur ce sujet ou dans cette communauté.
    •    informationnels : l’information partagée de la communauté est de nature sensible (confidentialité).
    •    résultat : la communauté, malgré les interactions et les échanges, ne portera ses fruits.
  • Anticiper l’évolution et le croissance de la communauté : Promouvoir des sujets sur lesquels vous et votre équipe pouvez construire. Evaluer les sujets au regard de leur interactions (complexité) et de leurs capacités à générer des résultats probants.

Découvrez le point de vue de Yan Gourvennec, tendance printanière et toujours très pertinente ;-)

7 réflexions sur “Réseaux sociaux d’entreprise : savoir cultiver son jardin !

  1. Pingback: Blog référencement - Réseaux sociaux d'entreprise : savoir cultiver son jardin ! - Blog référencement

  2. Pingback: E20, médias et réseaux sociaux : sens obligatoire ! | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

  3. Il y a tellement de composantes nécessaires à la réussite d’un projet de mise en place de rse : niveau de maturité des salariés et de la direction sur les problématiques de rse et collab, contexte de l’entreprise, communication autour du projet, objectifs attendus (fameux roi)… Sans compter la définition des services attendus pour composer ces usages : microblogging ? Like ? Commentaires ? Compétences / Domaines d’intérêt ? Mise en relation ? Follow ?…
    Et les attentes des salariés sur ce que ça va leur apporter : plus de reconnaissance ? Sous quelle forme ? Pécuniaire ? Tape sur l’épaule ? Participation aux décisions d’organisation ?…
    Le sujet est complexe et va le rester pendant encore quelques année.

    Merci pour votre article.

  4. Il y a tellement de composantes nécessaires à la réussite d’un projet de mise en place de rse : niveau de maturité des salariés et de la direction sur les problématiques de rse et collab, contexte de l’entreprise, communication autour du projet, objectifs attendus (fameux roi)… Sans compter la définition des services attendus pour composer ces usages : microblogging ? Like ? Commentaires ? Compétences / Domaines d’intérêt ? Mise en relation ? Follow ?…
    Et les attentes des salariés sur ce que ça va leur apporter : plus de reconnaissance ? Sous quelle forme ? Pécuniaire ? Tape sur l’épaule ? Participation aux décisions d’organisation ?…
    Le sujet est complexe et va le rester pendant encore quelques année.

    Merci pour votre article.

  5. Pingback: Réseaux sociaux d'entreprise : savoir cu...

  6. Trop de réseaux tue les réseaux…Comme quand tout est communication, il n’ y a plus de communication. les salariés, notamment les cadres, sont noyés dans des chûtes de Niagara d’infos, sollicitations et appel à participer à des réseaux…Alors qu’ils n’aspirent souvent qu’à un peu de calme ..-)) Mon réseau préféré? mes partenaires de tennis…!-))

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s