PME 2.0 : Is small really so beautiful?

En période de crise, le retour « aux fondamentaux » est un des réflexes les plus probables et souvent il s’accompagne de la valorisation du « petit » versus le « mastodonte« .

Au delà, des réalités de maniabilité, d’agilité, il est probablement beaucoup plus rassurant de se trouver dans un environnement à notre échelle, donc forcément relativement petit !
Et si ce réflexe nous a permis de passer le cap de certaines crises, tant mieux !

Aujourd’hui, la donne à changé et sans être expert, nous voyons bien que le modèle en place depuis les années 80, et dont l’unique objectif est le profit à n’importe que prix, vacille de plus en plus fort pour probablement « tomber » bientôt !
Il est intéressant, à ce titre, de lire ou relire le rapport publié par l’OCDE à propos de chocs que le monde va devoir affronter dans les prochaines décennies (Etude complète disponible en anglais) et notamment les crises financières (voir l’article de La Tribune à propos de ce rapport).

De plus, le contexte social et humain a beaucoup évolué dans les 20 dernières années et notamment que la « soif » de consommation se soit atténuée au profit d’une envie de dégustation !

Bienvenue dans l’ère du  » Me based economy « 

Ou encore l’époque de la valorisation de l’INDIVIDU !

Adieu, la consommation de masse, bonjour l’achat responsable, le comportement hédoniste, la bonne conscience et surtout le besoin d’être non seulement écouté mais surtout entendu !

Sans aller dans le détail des études comportementales (voir les recherches du CEAQ), il est facile de remarquer que toutes les tentatives d’innovation des entreprises vont dans ce sens et l’apparition récente du buzzword « SoLoMo » est là pour nous le rappeler.

Face à ce besoin d’innovation (ce n’est pas un simple ajustement), les petites et moyennes entreprises peuvent-elles faire la différence ?

Innovation et Collaboration

Les petites et moyennes entreprises sont-elles préparées à mener à bien le chantier de leur propre mutation ?

Nous ne doutons pas de leur capacité à innover, mais leur taille constitue-t-elle un avantage quand il s’agit de mettre en place des stratégies de collaboration ?
Dans l’ère du « Me/Social Business », il faut être capable de partager, d’échanger, non seulement avec et entre collaborateurs d’une même entreprise, mais également avec clients et partenaires et ce avec le maximum de transparence.

Echanges, sincérité, hédonisme, individualisme, fatriarcat, « décroissance » sont tout autant de notions qu’il faut réussir à  » mettre en harmonie  » au service de l’innovation, donc du succès car, aujourd’hui, le profit n’est plus synonyme de succès, bien qu’il soit toujours nécessaire !

Une approche holistique pour une survie économique ?

A l’occasion d’une conférence Fabrice Leclerc (voir l’interview ci-dessous [en italien]) posait directement la question  » Working only for profit! Is that all you can do?« .

Il faut valoriser le client au delà de la réduction (et de la vente) en lui proposant des réponses à ses (multiples) envies (besoins?).
Au même titre que la médecine évolue aujourd’hui d’un modèle basé sur un traitement appliqué à une maladie à une approche beaucoup plus proche de l’individu dont on sait qu’il est unique et que les réponses adaptées au cas particulier du patient sont les plus efficaces.
Les entreprises doivent d’inscrire dans cette logique de SERVICE et tout mettre en oeuvre pour favoriser l’innovation dans leur écosystème.

« Think Out of the Box » clamait Apple dans une campagne de publicité et plus récemment Google + nous proposait de « qualifier » nos amis et autres relations sociales en les intégrant dans des cercles.

L’approche holistique n’est pas nouvelle mais il est probable qu’elle apporte des réponses intéressantes et pertinentes.
Par cette approche transversale et hors silos, l’entreprise peut favoriser l’innovation mais la mise en oeuvre reste un « chantier » dans lequel l’implication du « c-level » est clé. Cependant, bon nombre d’entre-elles ont encore un fonctionnement hérité des organisations pyramidales et figées du passé, ce qui bien entendu ne facilite pas l’approche innovative, donc leur adaptation à un environnement social et économique en pleine mutation.

Pourant, les petites et moyennes entreprises ont un avantage de ce point de vue car elles pratiquent souvent d’une manière naturelle l’échange à des niveaux transversaux et leur taille facilite l’exploitation de ce « capital social« .
Elles peuvent mettre à profit un indéniable avantage : celui d’évoluer quotidiennement dans un contexte qui leur est favorable du simple fait de leur capacité à rester proche et accessible au sein d’un écosystème à taille humaine !

Reste la question de l’outil, mais là encore des réponses simples et faciles existent, pour autant que les « patrons » prennent, et toute l’organisation avec eux, le virage de l’exploitation du gisement que constitue le « capital social » à des fins d’innovation et de développement des entreprises.
Beaucoup de grandes entreprises se sont lancées dans des expériences (souvent départementales donc inscrites pour le moment dans une structure d’organisation matricielle classique) et les retours d’expérience semblent plutôt positifs.
Les petites et moyennes entreprises ont beaucoup plus à gagner dans cette « course » à l’innovation, car aujourd’hui il ne suffit plus de consacrer d’énormes budgets, ni de déposer des milliers de brevets, tant le potentiel d’innovation est partout et surtout pas que dans le développement technologique !!

Dirigeants de PME 2.0, à vous de jouer ;-))

6 réflexions sur “PME 2.0 : Is small really so beautiful?

  1. Pingback: Pouvoir des médias sociaux et nouvelles organisations « InfGov's Blog | Claude Super

  2. Merci de remettre la PME au centre des débats car plus personne n’ose aujourd’hui d’oublier qu’elle représente plus que jamais l’avenir de la France. Mais isolé ce n’est pas simple alors nous devons l’aider à s’organiser autrement et redécouvrir sa place et son potentiel de synergie au sein du capital talents territorial où elle exerce. A suivre http://owl.li/6EYqF

  3. Oui, merci Claude d’amener le sujet des PME sur le tapis …
    J’ai une journée fort chargée, mais j’essaierai de passer à nouveau plus tard pour élaborer… En attendant, voici déjà quelques lignes de ma part à ce sujet :
    http://barthox.wordpress.com/2009/02/02/outils-collaboratifs-en-pme/
    http://barthox.wordpress.com/2009/11/17/is-e2-0-for-large-companies-only/
    http://barthox.wordpress.com/2010/11/03/enterprise-2-0-summit-what-did-i-bring-back-with-me-e20s/

    ;o)

  4. Pingback: E20 : ma petite entreprise ne connaît pas ….. | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s