Web 2.0 | Entreprise 2.0 : besoin d’un alibi ?


Tous les jours, nous échangeons, partageons, discutons et  j’apprécie particulièrement ces moments de débat et de confrontation d’idées, voire de polémique.

Il y a quelques jours, une « discussion » lancée par Thierry de Baillon, Vincent Berthelot, Axyome et votre serviteur autour du thème du 2.0 mérite qu’on s’y arrête quelques instants !!

Les innovations technologiques en général et avec elle les outils issus du Web 2.0 ont permis d’élargir le champ de nos interactions, de nos échanges, de nos débats, bref de notre vie.

Si vous en doutez, voyez ce qu’en dit Michel Serres  (vidéo ci-après)

Outils versus Culture ?

Il n’est pas rare de lire des billets ou même des retours d’expérience nous présentant avec une certaine,  pour ne pas dire une CONFUSION certaine le web 2.0 et l’Entreprise 2.0 !

Cette confusion est souvent le fait des éditeurs ou fournisseurs de solutions, plus rarement celui de conseils en organisation !

En effet, vendre la technologie ou les « solutions techniques » est une chose,  et personne (surtout pas moi) nie l’apport des innovations technologiques (connues sous l’appellation 2.0), ni les évolutions qu’elles permettent.
Pour autant, il ne faut pas confondre la fin et les moyens !

L’entreprise 2.0 différe des outils qui la servent.

L’entreprise 2.0 est un nouveau paradigme, elle « casse » les codes généralement admis et les méthodes enseignées.Elle s’émancipe des outils et des fonctionnalités. Elle invente un autre modèle !

Je rejoins Thierry de Baillon qui, dans ses billets, nous illustre l’approche holitisque qui est LA caractéristique de l’entreprise 2.0 !

L’entreprise 2.0 c’est avant tout une vision issue d’une capacité à se projeter dans l’avenir avec différentes perspectives et de la conviction de l’importance de la PERSONNE (individu, humain) dans le fonctionnement et le développement des organisations.

L’entreprise 2.0 est un GRAND projet qui implique de savoir CONDUIRE LE CHANGEMENT, changement qui rappelons-le ne se résume pas à la mise en oeuvre d’un réseau social d’entreprise ou d’une plateforme collaborative.

Alors, le WEB 2.0, un alibi pour des managers timorés et (trop) conventionnels ?

Nous en débattrons à l’initiative de l‘Institut Boostzone lors’un petit déjeuner sur le thème : « Comment convaincre les dirigeants de l’importance des réseaux sociaux d’entreprise » en compagnie de Bertrand Duperrin et Anthony Poncier. Vous pourrez écouter aussi Nicolas Rolland de Danone, Pascale Leclercq de MMA et Georges Edouard Dias de l’Oreal.

CEO 2.0 : je veux mon réseau social d’entreprise !


2012, c’est l’année des jeux olympiques donc de la valorisation de la performance, de l’effort, de la fraternité dans la compétition et je pense que c’est un bon thème à exploiter pour donner une impulsion à notre société.

Depuis quelques mois, une certaine mélancolie, pour ne pas dire une sérieuse baisse de motivation, est perceptible dans « nos murs » et il me faut remettre cette équipe en bon état de marche !
Depuis quelques années on ne pratique plus les « stages commandos » pour cadres, ni le saut à l’élastique, et le directeur RH m’a récemment informé que les techniques traditionnelles de « team building » étaient dépassées et que nous devions (nous, pas lui) faire preuve d’imagination notamment envers le middle management qui est un peu (ou beaucoup) bousculé ces temps.

Naturellement et comme d’habitude dans les cas « graves » tout revient sur mon bureau et je dois trouver une idée particulièrement pertinente et novatrice !

Depuis quelques temps, je reçois des invitations à des colloques et autres réunions dans lesquels on ne parle, apparemment, que d’un sujet : les réseaux sociaux d’entreprise !

Naturellement, j’ai demandé à mon assistante de me trouver de la documentation et de m’inscrire à l’un des colloques pour autant qu’il cible clairement une audience de chefs d’entreprise et de cadres supérieurs et qu’il se déroule dans un endroit pour le moins acceptable en terme de localisation et de réputation.

En attendant le colloque, j’ai commencé à jeter un oeil aux nombreux articles imprimés par mon assistante et classés dans une logique que je n’ai pas compris, mais est-ce vraiment important ?

Tout de suite, j’ai constaté qu’il y avait un problème car en dehors des articles publiés dans les journaux et les revues dites spécialisées (informatiques pour la plupart), le reste, soit la plus grande partie, était constitué d’un amas de feuilles tout droit sorties de l’imprimante qui ronronne à droite du bureau de Nadine. (c’est le prénom de mon assistante!)

Franchement, mon sang n’a fait qu’un tour !
Vu les efforts (sacrifices) imposés par les actionnaires et relayés avec zèle par le CFO (on sait qui me l’a « chaudement » recommandé celui là), il était hors de question que Nadine imprime des pages de sites web (les emails oui, pour le côté pratique), d’autant plus que la mise en page aléatoire rend souvent le texte difficile à lire !

Et Nadine de m’expliquer avec sa patience habituelle que la plus grande partie des informations et des débats sur le sujet se font en ligne et que c’est surtout dans les blogs qu’elle a réussi à trouver des articles qui lui ont semblé pertinents !
Là, je dois avouer qu’elle m’a un peu agacé !!!
Le ton « institutrice » et le discours pédagogique ne m’ont pas vraiment plu et puis, je sais bien ce qu’est un blog, ma fille en avait un sur le site de Skyrock avant d’ouvrir sa page Facebook et là je ne vois vraiment pas le rapport entre les inepties des blogs et la problématique de mon entreprise !

J’ai donc (comme d’habitude) décidé de chercher par moi même et avec Google cela n’a pas été trop difficile !
Sur la recherche « réseaux sociaux d’entreprise« , Google m’a proposé plus de 29 millions de résultats, trop pour moi !
J’ai quand même participé un à un sondage (12 questions).
Ensuite, j’ai repris les feuilles imprimées par Nadine et j’ai commencé à chercher le nom des auteurs de ces articles.

Il faut reconnaître que de ce côté, cela a été beaucoup plus simple !!

Thierry de Baillon, Bertrand Duperrin, Claude SuperFranck Lapinta, Frédéric Poulet, Axyome Martin, Anthony Poncier et les consultants de USEO (LECKO)  ou de NextModernity, les publications de Collaboratif-info, pour ne citer que les plus référencés en langue française sur ce sujet, ont beaucoup écrit ces derniers mois sur le sujet et je dois avouer qu’au delà de l’exercice pénible (à mon avis) de lire sur l’écran de mon notebook (le Blackberry est vraiment nul de ce point de vue), j’ai découvert des billets intéressants, pertinents et souvent très concrets, donc très utiles.

Depuis, je peaufine mon plan et je ne rate pas (en fin je crois) les retours d’expérience et ceux des entreprises de taille moyenne m’intéressent beaucoup.
Si j’ai bien compris l’impérieuse nécessité d’un leadership (c’est mon rôle, non?), pour autant, il me reste encore à travailler sur certains points :

  • Comment harmoniser le réseau social d’entreprise avec notre organisation matricielle et mon organigramme en râteau qui me permet de « garder un contrôle » direct avec les managers  ?
  • Quelle communication dois-je faire pour continuer à « challenger » fortement ces managers sans pour autant que cette nouvelle initiative ne soit par trop « déstabilisante » pour certains d’entre-eux ?
  • Quels sont les projets, les départements, les sujets, etc.,  qui auraient un bénéfice rapide à utiliser ce réseau ?
  • A qui vais-je déléguer la responsabilité du réseau social d’entreprise : la com, les RH, l’informatique,…?
  • Dois-je prévoir la mise en place d’une « task force » et/ou d’un comité éditorial ?
  • Comment valoriser cet « outil » vis à vis du conseil d’administration (au delà du Directeur Financier), quels arguments, quels coûts,  quel retour sur investissement ?
  • Comment « vendre » cet outil aux cadres et aux employés ?
  • En tant qu’initiateur et porteur de ce projet, jusqu’où dois-je aller en terme de participation et  quels sont les risques pour moi ?
  • ……
  • Quelles sont les autres questions que je devrais me poser ????????

Mon entreprise a besoin de continuer  à évoluer pour être bien armée et pouvoir faire face aux difficultés que le quotidien, des marchés aux clients en passant par les produits, les solutions et bien sur les employés, ne manquent pas de dresser sur notre chemin.

Mon rôle de responsable est de guider et d’accompagner cette évolution afin qu’elle se passe au mieux des intérêts de chacun et le réseau social d’entreprise (pas la plateforme informatique, mais ce qu’elle peut permettre de faire) est une partie de la réponse à mon avis et je sais que je veux mon réseau social d’entreprise, mais ………….j’ai encore plein de questions……..

Et je ne suis pas le seul, si j’en crois ce billet !

PS : Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite,…., quoique ;-))

PME 2.0 : Is small really so beautiful?


En période de crise, le retour « aux fondamentaux » est un des réflexes les plus probables et souvent il s’accompagne de la valorisation du « petit » versus le « mastodonte« .

Au delà, des réalités de maniabilité, d’agilité, il est probablement beaucoup plus rassurant de se trouver dans un environnement à notre échelle, donc forcément relativement petit !
Et si ce réflexe nous a permis de passer le cap de certaines crises, tant mieux !

Aujourd’hui, la donne à changé et sans être expert, nous voyons bien que le modèle en place depuis les années 80, et dont l’unique objectif est le profit à n’importe que prix, vacille de plus en plus fort pour probablement « tomber » bientôt !
Il est intéressant, à ce titre, de lire ou relire le rapport publié par l’OCDE à propos de chocs que le monde va devoir affronter dans les prochaines décennies (Etude complète disponible en anglais) et notamment les crises financières (voir l’article de La Tribune à propos de ce rapport).

De plus, le contexte social et humain a beaucoup évolué dans les 20 dernières années et notamment que la « soif » de consommation se soit atténuée au profit d’une envie de dégustation !

Bienvenue dans l’ère du  » Me based economy « 

Ou encore l’époque de la valorisation de l’INDIVIDU !

Adieu, la consommation de masse, bonjour l’achat responsable, le comportement hédoniste, la bonne conscience et surtout le besoin d’être non seulement écouté mais surtout entendu !

Sans aller dans le détail des études comportementales (voir les recherches du CEAQ), il est facile de remarquer que toutes les tentatives d’innovation des entreprises vont dans ce sens et l’apparition récente du buzzword « SoLoMo » est là pour nous le rappeler.

Face à ce besoin d’innovation (ce n’est pas un simple ajustement), les petites et moyennes entreprises peuvent-elles faire la différence ?

Innovation et Collaboration

Les petites et moyennes entreprises sont-elles préparées à mener à bien le chantier de leur propre mutation ?

Nous ne doutons pas de leur capacité à innover, mais leur taille constitue-t-elle un avantage quand il s’agit de mettre en place des stratégies de collaboration ?
Dans l’ère du « Me/Social Business », il faut être capable de partager, d’échanger, non seulement avec et entre collaborateurs d’une même entreprise, mais également avec clients et partenaires et ce avec le maximum de transparence.

Echanges, sincérité, hédonisme, individualisme, fatriarcat, « décroissance » sont tout autant de notions qu’il faut réussir à  » mettre en harmonie  » au service de l’innovation, donc du succès car, aujourd’hui, le profit n’est plus synonyme de succès, bien qu’il soit toujours nécessaire !

Une approche holistique pour une survie économique ?

A l’occasion d’une conférence Fabrice Leclerc (voir l’interview ci-dessous [en italien]) posait directement la question  » Working only for profit! Is that all you can do?« .

Il faut valoriser le client au delà de la réduction (et de la vente) en lui proposant des réponses à ses (multiples) envies (besoins?).
Au même titre que la médecine évolue aujourd’hui d’un modèle basé sur un traitement appliqué à une maladie à une approche beaucoup plus proche de l’individu dont on sait qu’il est unique et que les réponses adaptées au cas particulier du patient sont les plus efficaces.
Les entreprises doivent d’inscrire dans cette logique de SERVICE et tout mettre en oeuvre pour favoriser l’innovation dans leur écosystème.

« Think Out of the Box » clamait Apple dans une campagne de publicité et plus récemment Google + nous proposait de « qualifier » nos amis et autres relations sociales en les intégrant dans des cercles.

L’approche holistique n’est pas nouvelle mais il est probable qu’elle apporte des réponses intéressantes et pertinentes.
Par cette approche transversale et hors silos, l’entreprise peut favoriser l’innovation mais la mise en oeuvre reste un « chantier » dans lequel l’implication du « c-level » est clé. Cependant, bon nombre d’entre-elles ont encore un fonctionnement hérité des organisations pyramidales et figées du passé, ce qui bien entendu ne facilite pas l’approche innovative, donc leur adaptation à un environnement social et économique en pleine mutation.

Pourant, les petites et moyennes entreprises ont un avantage de ce point de vue car elles pratiquent souvent d’une manière naturelle l’échange à des niveaux transversaux et leur taille facilite l’exploitation de ce « capital social« .
Elles peuvent mettre à profit un indéniable avantage : celui d’évoluer quotidiennement dans un contexte qui leur est favorable du simple fait de leur capacité à rester proche et accessible au sein d’un écosystème à taille humaine !

Reste la question de l’outil, mais là encore des réponses simples et faciles existent, pour autant que les « patrons » prennent, et toute l’organisation avec eux, le virage de l’exploitation du gisement que constitue le « capital social » à des fins d’innovation et de développement des entreprises.
Beaucoup de grandes entreprises se sont lancées dans des expériences (souvent départementales donc inscrites pour le moment dans une structure d’organisation matricielle classique) et les retours d’expérience semblent plutôt positifs.
Les petites et moyennes entreprises ont beaucoup plus à gagner dans cette « course » à l’innovation, car aujourd’hui il ne suffit plus de consacrer d’énormes budgets, ni de déposer des milliers de brevets, tant le potentiel d’innovation est partout et surtout pas que dans le développement technologique !!

Dirigeants de PME 2.0, à vous de jouer ;-))

Intrapreneurship : mythe ou opportunité ? (#intranet)


Il y a quelques jours Elsua annoncait sur son blog qu’en ce qui le concerne, il abandonnait l’usage de la terminologie « social business » pour préférer celle de « Social Enterprise » et de nous souhaiter la bienvenue dans une nouvelle époque, celle de l’Intrapreneurship !

Le concept d’intrapreneurship n’est pas vraiment nouveau (il est apparu à la fin des années 70), mais il trouve aujourd’hui un terrain probablement plus favorable à son épanouissement.

Pour les tenants de l’orthodoxie quant à l’utilisation de ce terme, je leur propose de parcourir l’étude publiée par Alf Steinar Sætre, en 2001, sous le titre « Intrapreneurship: An Exploratory Study of Select Norvegian Industries« , ils y trouveront des cas pratiques, des analyses  ainsi que des illustrations pertinentes et documentées.

Aujourd’hui, l’explosion de l’utilisation des plateformes de sociaux peut être considérée comme favorable au développement de l’intrapreneurship, mais reste encore en à définir le contexte précis (outils, objectifs, etc..) dans lequel il peut espérer atteindre une certaine maturité.

Quand Scrupski écrit à propos de la « révolution sociale dans l’entreprise »:

“[…] The zeitgeist of Social is about introducing the promises of Web 2.0 (Openness, egalitarianism) to reinvent the way things have been done in prior eras, evolved from industrial age principles, e.g. Taylorism.

Social is not about anarchy ; it’s about freedom and democracy and innovation. It’s not about rigid structures and hierarchies; it’s about transparency and honesty and re-distributing power to create agile change motivated by passionate, engaged actors. It’s about leadership that rewards and recognises talent and instinctively has a collective understanding of the community it serves, because it’s tuned into what they think, as well as what they do. It’s about authenticity and trust.”

On ne peut qu’être d’accord (d’autant plus pour l’avoir maintes fois écrit, défendu ou proclamé sur ce blog et d’autres) !

Et dans la « vraie » vie ?

Au delà des discours qui souvent tiennent plus de la méthode Coué ou qui, parfois, sont proches de pratiques incantatoires, il y a une réalité avec laquelle  nous devons tous composer.

Dans les années 2000, les entreprises ont mis en oeuvre un outil en réponse à des besoins de diffusion de l’information en interne : l’intranet.
Généralement conçu comme un site web (premières générations,  i.e. pas ou peu participatif), cet espace, sous la responsabilité d’un webmaster isolé et n’ayant pas les moyens de déployer un CMS, est resté une « publication » ouverte en mode « pull » (consultation) pour des informations générales (en fait, il a souvent été considéré comme un « tableau d’affichage » disponible sur le poste de travail).

En se fiant aux statistiques disponibles (voir l’infographie ci-après) on constate que les collaborateurs utilisent l’intranet (43% au moins une fois par semaine) en premier lieu pour y trouver des infos sur leurs collègues ou le personnel (trombinoscope), lire les news concernant la compagnie, consulter les procédures ou encore y trouver certains formulaires « corporate » !

Pas étonnant, mais vous me direz que les réseaux sociaux d’entreprise sont là et qu’ils viennent à point nommer pour « bousculer » cette vision « archaïque » de la communication interne et l’absence d’opportunités d »engagement » pour les collaborateurs de l’entreprise.

Oui, peut-être et le débat est ouvert !

Et l’esprit d’entreprise dans tout cela ?

Si les outils sont là et que les autres moyens et les conditions sont réunis, à savoir suffisamment de transparence, d’ouverture,de bienveillance et d’humilité de la part de tous les acteurs, il faut encore qu’ils en aient ENVIE, mais également l’ESPRIT !

 « Nous sommes tous des entrepreneurs! » Beau slogan, s’il en est , surtout pour vendre un bouquin, des formations, …
Pour les moins jeunes, on avait déjà entendu « sous les pavés, la plage » ! Cool mais depuis longtemps on arrêté de creuser ;-))
Loin d’être désabusé, j’essaie de rester objectif et réaliste.
Je pense comme beaucoup qu’il y a un gisement de richesses non ou mal exploitées en chacun et que l’un des intérêts des réseaux sociaux tient à faire « émerger » une partie de ces richesses.

Pour autant, je dois constater que beaucoup d’entre nous se contente d’un « rôle » de spectateur et qu’il est parfois difficile de faire vivre des espaces collaboratifs.
Il est certain que les réflexions amorcées dans beaucoup d’entreprises autour de l’intranet et de ce que cette plateforme peut représenter en tant qu’outil de productivité, de cohésion et d’engagement pour les collaborateurs vont dans un sens favorable à l’intrapreneurship.

Mais, il est également acquis qu’ENTREPRENDRE c’est aussi (surtout dirons certains) un état d’esprit, nullement partagé par tous et qu’il est également noble et productif de savoir SERVIR !

C’est pourquoi, j’insiste sur le fait que la transformation du capital social en « business » ne se fera pas à prétendant que « tout le monde est un entrepreneur » mais plutôt en permettant à chacun de trouver sa place, son « utilité » et la reconnaissance par le déploiement de ces nouveaux outils.

A votre avis?

++++++++++++++++++

En complément :

Conférence Intranet 2011 – Paris – 11 octobre

Conférence : Comment convaincre les dirigeants de l’importance des réseaux sociaux d’entreprise  Institut Boostzone et Collaboratif-Info – Paris – 18 octobre

 

Entreprise X.0 : du capital social à la création de valeur


En complément d’une note publiée il y a quelques semaines mais également en écho aux derniers articles à propos de So Lo Mo, une présentation intéressante de Michaël Tartar (dont je vous conseille le blog) et Stéphane Hugon de Eranos.

A vous de jouer et de tout remettre en perspective pour dessiner votre approche de l’entreprise X.0

Mobilité : une révolution pour et dans l’entreprise (#SoLoMo)


Dans SoLoMo, il y a MOBILE et, à lui seul, ce mot concentre les challenges, les risques, les opportunités et les contraintes des entreprises de demain.

Nouvelles perspectives, nouvelles offres, nouveaux comportements et nouveaux outils, à vous de vous y préparer !

Dans la présentation ci-après Paul Van Doorn vous donne une partie des clefs !