Médias sociaux et gouvernance : vous n’avez plus le choix !


L’entreprise est entrée (volontairement ou malgré elle) dans une nouvelle ère : celle de l’interactivité, de la collaboration, de la dématérialisation, ….

Les médias sociaux sont une réalité, une chance, une source d’opportunité, mais également une source de risques.

Il est temps de mettre en place une stratégie de gouvernance pour l’utilisation et la publication de contenus dans ces espaces.

Jesse Wilkins – Director Systems of Engagement,  AIIM –  nous présente ici une méthode pour mettre en place cette gouvernance 2.0 !

Plus proche de nous et si vous passez par Delémont, ne ratez pas les Jura Security Days les 26 et 27 août  prochain,  INzeCloud abordera ce sujet à l’occasion d’un workshop ouvert à tous.

Collaborateur 2.0 et réseau social d’entreprise : droit de réponse


La profession de foi et les bonnes résolutions publiées la semaine dernière nous ont valu cette demande de publication d’un « droit de réponse » ou d’une mise au point.

Et c’est avec plaisir que nous accédons à la requête de Christophe et mettons copie de son courrier en ligne.

 

Et maintenant, il est temps de se reposer un peu  les « neurones », non ?!

Mais également de prépare la rentrée !!!! qui sera 2.0 !

A bientôt (peut-être pour quelques devoirs de vacances les jours prochains)

C’est décidé, à la rentrée je serai un collaborateur 2.0 !


Eh oui, il n’y a pas de raison que je ne participe pas de cette « évolution » et depuis que j’ai lu ce papier d’Anthony Poncier intitulé Du collaborateur 2.0 à l’entreprise 2.0, je dois avouer que je me sens prêt.

Je travaille dans une entreprise qui sans être très ancienne (créée dans les années 70) n’a plus, depuis longtemps, l’esprit d’une start-up, mais qui est restée modeste en terme de taille, à dimension humaine (enfin c’est ce qu’on dit!).

Je fais partie du middle management, vous savez ceux qui, souvent, saluent avec condescendance les employés et avec obséquiosité (un peu ou beaucoup, c’est selon) leurs supérieurs.
J’ai fait mes études dans une école de commerce et depuis j’utilise mes acquis (en plus de quelques formations complémentaires que j’ai suivi) pour faire au mieux mon job et atteindre mes objectifs et je dois avouer, qu’à près de 45 ans, je suis assez satisfait de mon parcours.

Depuis quelques semaines, le bruit court dans l’entreprise (enfin surtout à la cafet’ et sur le trottoir devant l’immeuble – à la « smoking zone ») que nous allons pouvoir disposer d’une nouvelle plateforme 2.0.
L’année dernière, le gros projet (le DG ne parlait plus que de cela en réunion générale) c’était le passage au cloud computing.
Je ne sais pas ce qui a été fait, mais pour moi, celà n’a rien changé, à part un nécessaire apprentissage de l’utilisation de SalesForce (de toute façon, l’ancien CRM avait été qualifié d’obsolète par le nouveau Directeur Financier!).

Mais là, je suis super motivé !

Je viens de finir de lire le bouquin d’Alain Garnier et Guy Hervier et  j’ai également beaucoup appris en lisant les articles sur les blogs d’Anthony Poncier, mais aussi de Frédéric Poulet (sympa le côté provocateur) et de Bertrand Duperrin (un peu Docteur la Science dans le ton, mais pertinent, enfin à mon avis), sans oublier celui de Claude Super (très pragmatique et orienté business – pas un bisounours, celui-là!).

Et puis, j’ai maintenant un compte Twitter (bien sur que je suis sur FaceBook, mais comme dit mon neveu, ça me saoule un peu ces temps) et plus de 30 followers, mais je ne m’y suis pas encore mis à fond.
Par contre, mon profil sur LinkedIn fonctionne bien : plus de 500 contacts, des relations avec des collègues et des recruteurs et une sauvegarde de mon carnet d’adresse pro !

Bon demain, je pars en congés, mais juré à la rentrée, je serai un collaborateur 2.0 !

Pour commencer, j’ai bien compris que l’entreprise allait changer et que les modes de management et les relations entre managers, mais également entre managers et employés, ne seront bientôt plus comme avant (comme dans les cours de management que j’ai suivi).

Je suis heureux que les connaissances de chacun, y compris les miennes, soient reconnues et partagées au bénéfice de l’entreprise.

Mettre en avant ses compétences et partager avec les autres devraient nous apporter à tous une meilleure efficacité et, vu la charge de travail et les responsabilités, cela va nous aider.

Et puis, réseauter en dehors de la cafet’ ou du bistrot du coin, pouvoir discuter de projets et de sujets pros avec mes collègues basés en dehors du siège, voire même avec des partenaires, ne peut être que bénéfique (j’en suis persuadé vu mon expérience sur LinkedIn et FaceBook).

Les RH, lors de la dernière réunion générale des collaborateurs, nous ont bien expliqué qu’il était important de « libérer la parole » et ainsi de valoriser notre savoir et notre « intelligence collective ».
Wowww !!!, cool et quand le directeur a mis en exergue sur sa slide la citation de Lew Platt ex-CEO de HP : “If only HP knew what HP knows, we would be three times more productive », nous avons été plusieurs à avoir le sentiment d’avoir été, enfin, entendus et compris : nous allions pouvoir participer activement, donner notre avis, contribuer et montrer notre réelle valeur !

Nous sommes sortis de cette réunion gonflés à bloc et puis le nom du projet collaboratif est plutôt sympa : Un + TOUS (à mon avis, ils se sont inspirés de Google +, mais bon !!! et puis Google + je n’ai pas le temps de m’y mettre avant les vacances !)

Hier, on en discutait avec Christophe (mon collègue responsable EMEA Sales Operations) à l’occasion d’un lunch avant les vacances (lui part en Croatie avec sa famille) et je l’ai senti sur la réserve.

Christophe était aussi enthousiaste que moi et ce n’est pas peu dire qu’il attend des changements et notamment un peu plus de reconnaissance de la part de sa hiérarchie pour le boulot et l’efficacité de son équipe, mais depuis il a réfléchi – me dit-il, et il est un plus réservé.

Pour lui, le  projet et cette nouvelle plateforme ne nous ont pas été présentés d’une manière claire (je dois reconnaitre que le directeur informatique n’a rien dit et qu’on ne sait même pas à quoi cela va ressembler !) et du coup on ne sait pas qui va supporter l’initiative :

  • les RH ?,
  • le CEO ? (pas sur, il fait taper ses emails par son assistante),
  • les métiers ? (si oui, lesquels),
  • l’informatique ?

Christophe a raison, mais on va recevoir des informations complémentaires en temps voulu et puis la plateforme, si c’est comme les réseaux sociaux …facile !

Je l’ai trouvé assez négatif pour ne rien vous cacher (pas de quoi me gâcher le moelleux au chocolat, mais presque !).
Christophe devait être dans un mauvais jour : très collaboratif et partageur avec moi, mais très critique à propos de Un+TOUS !

Pour lui, cette innovation (si cela s’avère en être une ! dixit C.) sera une charge supplémentaire et ses journées sont bien trop remplies tandis que les collaborateurs de son équipe vont passer (perdre) leur temps à discuter en ligne pour rien au lieu de faire leur boulot (Christophe fait partie de ceux qui demandent que les accès FaceBook, LinkedIn, etc. soient bloqués au niveau réseau de l’entreprise).

En plus des bavardages inutiles qu’il redoute, Christophe avoue qu’il ne sent pas à l’aise rien qu’à l’idée que tout le monde dans l’entreprise puisse lire et discuter ses notes ou ses idées : ses chefs oui, mais les employés non !

Christophe n’est pas un littéraire et ses email sont bourrés de fautes (vous savez le genre de texte qui devient tout rouge quand le correcteur orthographique est activé), contrairement à moi (c’est vrai qu’au marketing, on écrit plus souvent donc on fait plus attention) et il craint dêtre « dévalorisé » par des notes de mauvaise qualité quant à la forme, sans compter qu' »on ne peut pas avoir un avis sur tout et n’importe quoi » comme le précise-t’il souvent !

J’ai compris que ce qui le retenait le plus était que les RH, qui nous ont présenté rapidement le projet, ont laissé planer de nombreux doutes, trop pour Christophe.
Il pense que tout ce que nous pourrons dire, partager, émettre, suggérer dans cet espace servira à nous évaluer que ce soit du côté de nos équipes que de celui de nos supérieurs et pour Christophe la prudence s’impose !

Il a peut être raison, mais, à mon avis,  le jeu en vaut la chandelle et les risques ne sont pas si importants si on accepte de jouer le jeu avec simplicité, honnêteté (intellectuelle) et bienveillance.

Et puis c’et décidé, avec Un + TOUS et malgré Christophe, à la rentrée je serai 2.0 !

Au fait, et vous, êtes-vous déjà 2.0 ?

Bonne vacances !

C’est les vacances, vive le réseau social d’entreprise décomplexé !


Sous ce titre – un peu provocateur, je le reconnais – s’annonce une forme intéressante, stimulante, sympathique du réseautage d’entreprise qui ne manquera pas de ravir les chef(fe)s des ressources humaines, les top managers et les responsables métiers et autres « business développeurs ».

On l’a toujours dit et écrit, un réseau social d’entreprise s’inscrit dans une logique, une stratégie d’entreprise.

Il est souvent supporté par un engagement du management et de l’ensemble des collaborateurs, une plateforme technique (logicielle), mais également par des actions et des projets quelquefois hors du quotidien des organisations (du moins dans l’espace et la forme).

Prenons, le cas des vacances, ou du moins des loisirs !

A priori, le réseau social d’entreprise et les projets qu’il supporte ne tiennent pas à l’organisation des congés, pas plus qu’à la mise en oeuvre d’une stratégie de réseautage permettant d’apporter un plus au top et middle management ainsi qu’à des membres de l’écosystème de l’organisation.

Pourtant !

Qui n’a pas rêvé de passer quelques jours de détente dans une résidence, disons secondaire et de luxe, mise à disposition à moindre frais par l’entreprise au succès de laquelle il contribue.

Quelle entreprise n’a pas souhaité pourvoir disposer de lieux, d’espaces de convivialité, dans les meilleurs endroits du monde pour les utiliser en support de valorisation des participants de son écosystème, mais également s’ouvrir à de nouveaux marchés et de nouvelles opportunités

Le réseau social d’entreprise « brick and mortar »

La reconnaissance est un des éléments de base du lien social.

Comment matérialiser cette reconnaissance au sein de l’entreprise et de son écosystème ?

Comment créer et développer ce lien social pour trouver de nouveaux marchés ?

Le RSE « brick and mortar » ( i.e. réel et non uniquement virtuel dans sa représentation) tel qu’imaginé par l’association Presidents Club en Suisse, fait partie des réponses pertinentes, en mettant en avant les qualités et les incroyables avantages du lien social ouvert et public.

Nous sommes loin, ici des techniques de prévarication et/ou d’influence. Le lieu, son aménagement, la convivialité, sont au service des objectifs de l’entreprise, en toute transparence et, pour celui qui en a envie.

Le club permet à des sociétés (basées en Suisse) d’aller à la rencontre d’entreprises en provenance de pays dits « émergents » ou d’ailleurs, en partageant des moments privilégiés dans l’une des luxueuses résidences en exploitation tout autour du monde.

« Cerise sur le gâteau », à l’heure où la rétention de talents devient un thème majeur dans la gestion des ressources humaines, les membres du Presidents Club peuvent aussi utiliser leur adhésion à l’association pour enrichir les paquets de compensation globaux qu’elles offrent à leurs cadres : la parfaite illustration de l’expression « joindre l’utile à l’agréable »

C’est également,à notre avis, une autre illustration du réseau social d’entreprise – dans sa dimension humaine (non technique) – pas très novatrice mais très efficace et sympathique, non  ?

Une manière de vivre le lien social dans le luxe et sans complexes 😉

Réseaux sociaux d’entreprise : la concurrence Google +


On a beaucoup lu et entendu ces derniers jours à propos du choc Google + FaceBook.

Une fois, Google + ouvert et les « happy fews » lassés de leur dernier jouet, des points de vue différents fleurissent,  notamment celui publié sur le blog de FaDa  sous le titre très explicite : Avec Google + range tes amis et ferme ton blog.

Hier, Anthony Poncier lançait sur le blog d’USEO une réflexion intéressante : Google +, un RSE pour les entreprises ?

Cette interrogation me paraît bien plus pertinente que de savoir qui va grignoter le plus de parts du gâteau publicitaire que représente le marché des réseaux grands publics.

Sans discourir sur les fonctionnalités de Google + que je commence à découvrir (je suis certain que nos amis d’USEO ne vont pas tarder en nous produire une appréciation technique et fonctionnelle pertinente), je souhaiterais revenir l’espace d’une note sur l’intérêt pour les entreprises d’adopter cette plateforme en lieu et place d’autres outils de support au réseau social d’entreprise.

Google : éditeur de solutions professionnelles ?

La stratégie de Google est différente de celles de ses concurrents ou du moins annoncés comme tel.
En effet, au delà des fonctionnalités de recherche, Google propose aujourd’hui une palette impressionnante de solutions qui vont du système d’exploitation mobile aux solutions collaboratives, à la messagerie instantanée, et bien plus encore.

L’une des particularités de cet éditeur est d’avoir su offrir des solutions compatibles pour un usage privé et professionnell : la messagerie Gmail, Google Docs, etc.

Contrairement à Microsoft qui propose des versions « lights » de certaines solutions aux particuliers, Google semble avoir choisi de travailler à partir d’un socle unique, riche en terme de fonctionnalités, très facile à utiliser, universel et toujours disponible.
Le modèle d’affaires est lui aussi très différent et en rupture avec le modèle classique de licences perpétuelles (donc chères) pur préférer un modèle souple qui va du gratuit à la souscription selon les besoins.

Il est clair que Google s’est depuis longtemps profiler sur le marché des solutions d’entreprises et que le coeur de cible semble, aujourd’hui, être le marché des indépendants et des petites et moyennes entreprises.
En terme de stratégie, on comprend qu’un éditeur répartisse son revenu sur de multiples clients de petite et moyenne taille plutôt que de se concentrer sur le marché des Fortune 500, question de choix stratégiques !

Google + : une alternative crédible sur le marché des RSE ?

Aujourd’hui et au vu des annonces (un Google + Entreprise pour bientôt) et de ce qui est disponible : OUI

Oui, pour les raisons suivantes :

  • Une plateforme de réseau social d’entreprise est nécessaire à la stratégie de Google pour gagner des parts de marché auprès de petites et moyennes entreprises (10=>3’000 employés).
  • La capacité de Google à produire (développer) des solutions souvent innovantes est indiscutable.
  • Beaucoup de fonctionnalités sont déjà disponibles : vidéo chat, instant messaging par exemple.
  • Google a la capacité d’intégrer  Google + Entreprise avec les  solutions d’infrastructure des petites et moyennes entreprises.
  • La fiabilité des solutions est souvent très bonne et leur utilisation par un grand nombre contribue à maintenir, voire à améliorer le niveau de qualité.
  • Google est largement connu, référencé et apprécié par les utilisateurs potentiels.
  • Google est une société solide et structurée pour aborder ce type de marché.

Ce ne sont là que quelques idées à propos desquelles il me plairait de connaître votre point de vue.

Je n’ai pas de boule de cristal (pas plus que d’informations privilégiées de Google), seulement un peu d’expérience qui m’a fait écrire en avril dernier Réseaux sociaux d’entreprise, plateformes collaboratives : enfin dans la cour des grands !, mais faute de perspicacité je n’avais pas « vu » Google sur ce marché !

Par contre, les effets de professionnalisation et de concentration vont jouer à plein et ceci est toujours bon signe car ils attestent de la réalité d’un marché (pour les solutions) supportée par une volonté d’aller de l’avant des entreprises dans leur processus de mutation vers le « 2.0 » !

Collaboration, RH, sécurité, ISO 27002, gouvernance, …….


Pas toujours simple, mais un rappel plus que nécessaire.

La collaboration,ce ne sont pas que des bonnes intentions ,-) et ISO 27002Code de bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l’information en français.

Par Jacques Folon

Les réseaux sociaux au service de la science


Retour sur la conférence Media Aces qui s’est tenue début juillet avec notamment la présentation de Benjamin Benita autour du UNIVERSCIENCE et de l’intérêt des réseaux sociaux dans le dialogue science <=> société :

Et voici ce que Fadhila Brahimi,Béatrice Duboisset et Emmanuel Bloch en ont pensé !