La collaboration en entreprise, l’occasion d’un nouveau « business model »


Nul n’est besoin d’être « visionnaire » ou plus simplement « observateur avisé » pour constater que les expériences de travail collaboratif fonctionnent généralement bien quand il y a du SENS !

Les communautés de pratiques (partage de savoir) ou de projets font très souvent l’unanimité des personnes qui y participent du fait des résultats qu’elles génèrent mais aussi des conditions dans lesquelles elles opèrent.

Un des chantiers de l’entreprise de demain est de réussir à décliner ce type de pratiques partout où elles génèrent de la valeur.

C’est bien d’un nouveau « business model » qu’il s’agit d’imaginer, de valider et de mettre en oeuvre et non pas de d’un simple « rafistolage » de pratiques dont on ne connaît que trop bien les limites !

La révolution numérique change tout et ainsi que Milad Doueihi la présente : le numérique est proprement sujet en ce qu’il engendre une culture, il produit une nouvelle façon de voir le monde, une nouvelle civilisation.

L’entreprise dans cette mutation iconomique doit apporter des réponses en terme de proposition de valeur et de modèle d’affaires.
Sa survie en dépend !

Une des voies possible pour affronter cette nécessaire mutation et ne pas sombrer face à la concurrence « digital native » est de mettre en perspective et en action la collaboration y compris dans le processus de validation du business model.

Clients, partenaires, ressources, canaux, type de relations, coûts, etc. sont tout autant de thèmes et de sujets qui doivent être réfléchis en collaboration pour trouver les relais de croissance nécessaires.

On n’a jamais autant parlé d’économie du partage, d’économie collaborative, de « crowdsourcing », de « crowdfunding » et il est opportun d’envisager toutes ces options comme – a priori – intéressantes en support à la proposition de valeur que vous défendez sur les marchés.

Si la collaboration fonctionne bien quand elle fait sens, il reste aux entreprises à travailler sur le sens qu’elles veulent donner aux initiatives qu’elles pourraient proposer au sein de leur écosystème.

C’est une réflexion riche et un travail intéressant, mais il bute sur nos conservatismes et nos craintes.

La construction d’un nouveau « business model », c’est d’abord décider que l’entreprise doit se réinventer dans un monde numérique auquel nous participons tous à titre individuel bien avant de décliner des stratégies et les étapes de validation qu’il faudra organiser et affronter.

L’entreprise de demain – au delà de la technologie – se construira à partir d’une vision partagée et de pratiques pertinentes et ouvertes : du sens, du partage et le désir de travailler ensemble à la concrétisation des objectifs.

Selon vous ?

En complément, Une transition “iconomique”… pour l’Entreprise Numérique, un rapport à lire pour mieux comprendre, anticiper et trouver des relais de croissance.

10 bonnes raisons de mettre en œuvre une stratégie social business!


La question est récurrente et légitime :
pourquoi devrions-nous mettre en place une stratégie « social business » ?

Et son corollaire :
comment convaincre les dirigeants, mes collègues et l’entreprise de la nécessité absolue de le faire ?

A chacun ses objectifs, ses moyens et son chemin pour évoluer dans le monde numérique, mais il y a des facteurs communs, des indicateurs qui laissent percevoir les bénéfices ainsi que des analyses qui ouvrent la voie vers cette évolution inéluctable, sans retour mais singulière vers l’entreprise de demain.

Je vous propose au travers de cette présentation de 10 bonnes raisons (un choix personnel parmi tant d’autres) d’adopter une stratégie « social business », les détails des analyses de Gallup, McKinsey, le Lab des Usages ou encore Jane McConnell pour mieux vous convaincre de la pertinence de la démarche pour la survie de votre entreprise.

Pour en discuter,

 

Social business : lâchez la bride et faites simple !!!!!!


Coincés, ils se sentent tous ou presque coincés, les clients, les employés, les cadres, les dirigeants,….

Et la perspective de l’entreprise numérique en stresse plus d’un !

Trop d’outils, trop d’information, trop de pression, « trop de tout » en fin de compte.

Selon un rapport publié par CornerStoneonDemand :

50 percent of employees said they experience some type of work overload, with 34 percent claiming information overload and 25 percent technology overload.

Furthermore, 38 percent of respondents said there isn’t enough collaboration in their workplace.

overload_information

Il est grand tant de revenir, non pas à l’essentiel (quoique !), mais au plus efficace.

Aujourd’hui, il semble que les gains de productivité, largement dus aux apports technologiques ces dernières années, sont faibles (pour ne pas dire marginaux) en ce qui concerne le « poste de travail » : 0.9% selon le US Labor Department !

La recherche d’une meilleure productivité passe par autre chose que des outils ou des solutions !

Si on en croît les salariés,  il faut plus de collaboration donc par l’engagement des employés dans leurs tâches au quotidien.
Bonne nouvelle !

CollaborationPas une collaboration « bling bling » ou alibi des instances de communication et autre gourou 2.0 interne, non une collaboration PRATIQUE orientée résultats !
Mais également une pratique qui leur apporte reconnaissance (notoriété ?) et pertinence !

motivation-to-collaborate

Et l’entrée en force du numérique dans notre quotidien n’empêche pas – bien au contraire – les employés – toutes générations confondues – de valoriser le « face 2 face » et la relation comme support idéal d’une collaboration efficace !

typeofcollab

Cette étude (réalisée en août 2013 auprès de 1029 américains âgés de 18 ans et plus) disponible en téléchargement présente également quelques données intéressantes quant aux applications, à leur usage mais aussi à la réelle ampleur du BYOD et aux perspectives – côté employé – des wearables technologies !

Elle permet de mettre en valeur un management responsable pour lequel il convient de

  1. faire simple e.g. faire confiance aux employés et aux groupes qu’ils constituent d’une manière plus ou moins formelle pour travailler mieux.
  2. faire le tri avec la DSI et les métiers entre le « best of breed », le « nice to have » et le « must have »  et le « que sais-je encore », au niveau des applications et des outils disponibles.
  3. former, mais surtout d’accompagner les employés dans leurs efforts afin que les objectifs soient atteints dans les meilleures conditions pour bénéfice de chacun et pourquoi pas un certain confort pour les employés.

Lâchez la bride, rester humble, présent, vigilant et concentré, et tout devrait mieux se passer !

csod-infographic-state-of-workplace-2013

[e20] Partage et retours d’expérience pour mieux percevoir la valeur


Il est ainsi de nos intuitions et de nos constats empiriques : ils ont parfois besoin de données objectives et d’une analyse pour avoir un peu plus de considération et de « poids ».

Depuis plusieurs mois et au gré des discussions et des projets avec les organisations, il apparaît acquis que les initiatives « social business » des entreprises ne se limitent surtout pas au déploiement d’une plateforme et que, contrairement aux projets techniques et fonctionnels conduits par les équipes IT et métiers ces dernières années, il y a des ingrédients et des pratiques nouvelles à utiliser pour que cela fonctionne au regard des objectifs fixés.

Avec l’analyse publiée par Jane McConnell – reproduite ci-dessous et disponible en téléchargement sur netjmc.com – il est patent que nous n’avions pas tort quand nous écrivions que la viralité est clef, mais également qu’une des règles d’or est de regarder ce qui se fait autour de soi et que le partage des retours d’expérience est utile pour trouver le meilleur chemin et les bonnes pratiques notamment au regard de sa culture numérique.

je vous recommande vivement la lecture de cette note de Jane et vous invite cordialement à venir en discuter avec elle et Guillaume Foltran (Bouygues Telecom) de vive voix le vendredi 4 avril à Genève !

En attendant, j’ai plaisir également à partager ces deux graphiques au sujet du niveau de maturité par secteur économique,

Maturité social business

et des caractéristiques culturelles de « early adopters » vs « the majority ».

early_adopters culture

On en parle ensemble à Genève, le 4 avril  ?

[E20]Working Out Loud : une méthode pour un objectif !


« Working out loud », [travailler à voix haute] une expression que vous avez peut-être entendue ou repérée dans le discours des « gourous » du social business, made in America!

Derrière ce buzzword, qui pourrait passer aux yeux de certains comme un énième tentative pour mieux vendre de la mise en oeuvre de collaboratif sous forme de solutions et/ou de services, se cache une méthode, des pratiques, au service d’un objectif !

Si on regarde un peu plus près la « littérature » consacrée à cette méthode et notamment les propositions faites par John Stepper qui enrichit la définition initiale proposée par Bryce William, à savoir :

Working Out Loud = Observable Work + Narrating Your Work

qui décrit une approche pragmatique, concrète, au service d’objectifs précis.

L’approche ou la méthode a été ainsi présentée par John Stepper :

“Working Out Loud starts with making your work visible in such a way that it might help others. When you do that – when you work in a more open, connected way – you can build a purposeful network that makes you more effective and provides access to more opportunities.”

  1. Donner de la visibilité à ce que vous faîtes (projets, tâches, rôles), c’est le point de départ, l’essence de la méthode !
  2. Chercher à améliorer votre travail en partageant avec vos collègues, votre écosystème-
  3. Gagner en légitimité par le partage.
    La générosité est « la monnaie » des réseaux qui fonctionnent bien (pour paraphraser Keith Farrazzi).
  4. Développer en taille, en richesse et en valeur votre réseau, votre écosystème.
  5. Servir un objectif précis : il y a beaucoup de cercles et de communautés pour la sérenpidité, le plaisir, le hasard, mais ce n’est pas le cas ici ! la méthode est rigoureuse et demande des objectifs.
    La résolution des problèmes complexes est évidemment une excellente illustration des bénéfices de « working out loud », il en est de même pour l’innovation (incrémentale mais également de rupture) qui se nourrit ou trouve un terreau plus favorable dans un cadre moins « formel » !

Tout le mode y gagne : l’organisation, les équipes et bien évidemment les employés.

Si certains cherchent encore des objectifs quant aux outils collaboratifs et autres communautés qu’ils souhaitent mettre en place, la pratique de « working out loud » constitue un des meilleurs cas d’usage car elle est exigeante et privilégie le résultat et non le chemin (surtout pas les outils) !

workoutloud

Mais, cette pratique est encore au stade confidentiel des billets sur les blogs et autres déclarations d’intention.

Récemment Bryce Williams a lancé une initiative pour constituer une bibliothèque de cas d’usage, vous y serez les bienvenus !

A suivre ….

Pour aller plus loin et en plus des blogs et articles liés ci-dessus, vous pouvez jeter un oeil au blog de Harold Jarche et son dernier billet « A roadmap for transition« .

[E20]Coopération, collaboration : besoin urgent de pédagogie !


Les débats continuent et s’éloignent parfois d’une réalité quotidienne dans laquelle la culture, les usages, les besoins, mais aussi les personnes ou encore les contraintes sont au coeur des succès et des échecs et c’est à ce sujet qu’il convient de regarder ces pratiques avec pragmatisme.

Une technologie de collaboration n’a ni valeur, ni sens, ni conséquences par elle-même : c’est la pratique ou l’usage qui décide de tout cela.

(Wanda J. Orlikowski, 2003)

Harold Jarche reprenant Stephen Downes précisait :

collaboration means ‘working together’. That’s why you see it in market economies. markets are based on quantity and mass.

cooperation means ’sharing’. That’s why you see it in networks. In networks, the nature of the connection is important; it is not simply about quantity and mass …

You and I are in a network – but we do not collaborate (we do not align ourselves to the same goal, subscribe to the same vision statement, etc), we *cooperate*

Et puis il y a l’économie collaborative qui parfois revêt les habits de l’économie solidaire (pourquoi pas!) et dans lequel la France (ou du moins certains acteurs et porteurs de projets) prétend « faire la course en tête« .

Il est clair que la crise et la montée en puissance de l’économie numérique ont permis d’imaginer des nouvelles manières de travailler, consommer, agir et finalement faire du business, et c’est tant mieux.

collaborationLes start ups – digital natives companies – investissent à corps perdu ces espaces et réinventent (ou presque) l’offre de produits et de services au travers d’une expérience utilisateur « magnifiée ».

visionLes autres entreprises tentent avec plus ou moins d’envie, de moyens et de résultats de faire évoluer les pratiques et les méthodes pour gagner en agilité, en efficacité et elle l’espère en pérennité.

Mais, digital natives ou digital immigrants, ils sont tous confortés à une réalité que Bertrand Duperrin, dans un billet intitulé : Les limites de la collaboration sociale : une affaire de «pull», présentait ainsi :

Nul besoin de chercher midi à 14h : c’est la proximité du client qui « tire » l’impératif de transformation dans la mesure où il est source de revenu et vecteur de réputation alors que le salarié est coût et vecteur d’ennuis. …… désormais outillé pour peser dans une relation dans laquelle il a son mot à dire (il paie…), le client impose à l’entreprise de revoir ses modes opératoires.
On est ainsi passé en quelques années de stratégies purement média  à des stratégies relationnelles, productives, voire à de la co-construction lorsque c’était possible.
Le client est rentré dans l’entreprise et elle s’organise en fonction sachant qu’au delà des « likes », « RT » et autres « +1″ il vote au quotidien avec son carnet de chèques.

Réaliste, ce constat est l’occasion de plusieurs réflexions quant à la réussite de ces projets.

La mise en scène (ou l’illustration) de la valeur de la collaboration est une première étape dont on aurait tort de s’affranchir !
Tout le monde pense que la collaboration apporte beaucoup et que « cela va sans le dire », hors pour ma part, il apparaît que cela va encore mieux en le disant  et que la PEDAGOGIE est la grande absente des discours et des analyses produites et publiées ci et là.
Il en est de même pour la coopération (que j’assimile volontiers au partage) qui ne peut que souffrir de cette  absence d’accompagnement et d’apprentissage.

Le succès et la vitalité de l’usage des médias et des réseaux sociaux grand-publics ont presque réussi à convaincre que tout ceci était facile, j’allais écrire naturel.

Je ne sais pas s’il y a un gène collaboratif ou coopératif, mais il est probable qu’on est ici plus proche de l’acquis que de l’inné et qu’à ce titre, les entreprises ont beaucoup à faire pour faire évoluer les pratiques au bénéfice de leurs clients et ainsi au leur et à celui de leurs employés.

Si on en croit les analystes, les sondages et l’observation des usages, on constate vite que rares sont les réseaux et médias sociaux qui ont un réel succès.

communauté
On constate également que le partage est souvent le fait des mêmes personnes et que les communautés qui fonctionnent bien – en terme de pertinence – sont celles dont les objectifs sont clairs et dans lesquelles la bienveillance, l’empathie et la gouvernance (animation) sont au service de la valeur !

Pour beaucoup, il est plus simple d’accepter que c’est facile, qu’il suffit de s’y mettre et qu’une « petite formation » doit suffire !
Pas si sur !
Un des écueils est bien celui de l’apprentissage qui sera bien insuffisant s’il se résume à une formation aux outils et aux solutions.

La logique de rentabilité (ROI) des entreprises les pousse à imaginer la formation comme le moyen d’une rentabilité plus rapide, hors en matière de coopération et de collaboration, la mesure de l’efficacité est plus difficile et la question du ROI toujours pendante ce qui ne simplifie pas les discussions lors qu’il s’agit de dégager des budgets.

La valorisation de la relation sociale en entreprise a besoin d’un apport en terme de pédagogie.

il ne s’agit plus de faire de l’évangélisation pour convaincre les membre de la C-suite et autres sponsors, mais d’être au quotidien à côté des acteurs en leur faisant comprendre les atouts de ces pratiques tant au point de vue individuel que collectif.

Découvrir

Le temps des analyses, des thèses et des justifications est passé et les organisations doivent maintenant considérer leur offre d’accompagnement de leurs employés, non plus comme un catalogue de formation, mais bien plus comme une palette pédagogique (outils, ressources et méthodes) au service de leur vision !

Tout reste à faire en de domaine, faisons-le ensemble !!!!

Pour aller plus loin :

Successful individuals in a network society will see that their connections change over time, and that openly sharing will make them more valued nodes in the long run. In networks, cooperation is simultaneously altruistic and selfish

Harold Jarche

TIMN-cooperative-collaborative-450x392

 

 

Digital workplace : réseau interne, collaboration, mobilité ….


La « digital workplace » s’est invitée à la Matinée de l’entreprise de demain du 4 avril à Genève.

Nous y parlerons enjeux, mais nous aurons également le plaisir de partager le retour d’expérience de Bouygues Télécom avec Guillaume Foltran.

Guillaume Foltran est actuellement responsable de la Bureautique Digitale de Bouygues Telecom et notamment la maîtrise d’œuvre des plateformes collaboratives et services Intranet.
Il a exercé auparavant des fonctions de contrôle de gestion, maîtrise d’ouvrage informatique, gouvernance des systèmes d’information et développement de produits et services multi devices.

L’agenda de la matinée sera précisé dans les prochains jours, mais d’ores et déjà nous nous réjouissons de vous accueillir autour d’un petit déjeuner à partir de 08:30 le vendredi 4 avril.

Au programme:

– Les enjeux de la digital workplace

Aujourd’hui, l’espace de travail digital est devenu un domaine fonctionnel à part entière. Cependant, contrairement aux autres fonctions comme la gestion de la relation client, la finance ou la planification de la chaîne d’approvisionnement, le « Digital Workplace » n’a pas de représentation claire au sein du Comité Exécutif.

Pour le Directeur des Systèmes d’Information, c’est une formidable opportunité de tirer parti de sa position traditionnelle de garant de la qualité de l’informatique dans l’entreprise, et d’endosser un rôle de conseil auprès des métiers pour accompagner la transformation numérique des méthodes de travail.

Digitalisation du poste de travail, quels enjeux pour les DSI ? un billet publié sur Le Cercle Les Echos le 17/02/2014.

Jane McConnell viendra partager avec nous à propos des enjeux et des tendances :

– L’expérience Bouygues Telecom : un réseau interne en place depuis 2010, un effort particulier sur la mobilité et une volonté de travailler autrement par la valorisation des outils et des expériences de collaboration.

Questions et échanges (solution technique SharePoint en production)

Inscriptions en ligne – participation gratuite, mais si voulez des croissants, merci de remplir le formulaire 🙂

En attendant, je vous propose cette vidéo de Paul Miller, il y parle de:  « The Human-Centered Digital Workplace – creating digital worlds worth working in« , un enregistrement réalisé au Campus London, le 2 octobre 2013