Mobilité : une approche encore très statique !


Trop ou pas assez mobile ?

En fait, la plupart des entreprises s’en moquent car elles n’ont pas encore intégré la mobilité comme un facteur de « mieux travailler ».

Aujourd’hui, pour beaucoup la mobilité se résume ou s’entend par accepter un poste à quelques dizaines ou centaines de kilomètres de son lieu de travail selon la demande de l’entreprise (cf. clause de mobilité).

Ce n’est pas l’objet de ce billet par lequel je souhaiterais, à l’instar des réflexions précédentes à propos de l’accompagnement au changement ou encore des pratiques de collaboration), mieux comprendre pourquoi ce qui bloque ou interdit des pratiques qui tiennent le plus souvent du bon sens.

photo-teletravail-e1489502939462

Bien que tous les collaborateurs ne sont pas égaux face aux opportunités qu’offre la mobilité du fait de leur rôle et des outils qui lui sont associés, il est surprenant que la pratique reste – pour les postes éligibles – presque confidentielle !

La plupart des outils proposés aujourd’hui par les éditeurs ou les services informatiques répondent aux critères de mobilité du point de vue du design et de l’expérience utilisateur.

L’offre « Cloud » accompagne avantageusement les efforts mis en oeuvre pour une réelle opportunité de travail en mobilité.
Mais, la réalité des comportements est bien différente des voeux pieux de certains.

Quand on parle mobilité au travail, on entend le plus souvent « télétravail » du côté des salariés tandis que côté de certains managers on comprendrais plutôt nomadisme au travail (le fait de ne pas avoir un bureau attitré).

En fait, quand les uns y voient un avantage en matière de :

  • gestion du temps,
  • optimisation des frais de transports,
  • gain en productivité
  • et plus globalement autonomie et réduction du stress.

D’autres y verraient plus un outil de pression supplémentaire du fait de :

  • la suppression du « bureau personnel »
  • l’exigence d’un plus grande disponibilité
  • les sollicitations « incontrôlées »

49910965_p

La mobilité pour les collaborateurs sédentaires est avant tout une histoire de confiance.

Entre les managers adeptes du « présentéisme » au détriment parfois de la productivité et les collaborateurs adeptes du « se la couler douce », il y a de la place pour une mise en oeuvre accompagnée et responsable de la mobilité au bénéfice de l’entreprise et des collaborateurs.

Seuls, certains managers, adeptes du contrôle absolu et du non respect de la sphère privée et du droit à la déconnexion de leurs équipes n’ont pas encore compris qu’il y avait dans cette pratique, facilitée par les outils, une opportunité de dessiner l’entreprise de demain.

Le bon sens voudrait que l’alternative bureau – télétravail soit la règle et que les moments de travail en groupe (je ne parle pas de réunions inutiles) restent des moments privilégiés de rencontre et de pertinence au service de la qualité des projets et de la réalisation des tâches.

Capture d_écran 2018-06-04 à 17.56.44

Permettez-moi de vous proposer en complément, ce dossier ( réalisé par Deloitte et dont est extrait l’infographie ci-dessus.

Pour en reparler 🙂

[Transformation numérique]Quel(s) buzzword(s) pour la rentrée 2015 ?


Le numérique c’est de la technologie au service de la communication et comme tout le monde le sait, la communication efficace se fait depuis quelques décennies au travers de l’emploi de phrases, ou de mots clefs, simples, expressifs et facilement compréhensibles par la cible : les fameux « buzzwords » !

Le premier semestre a en consacré plusieurs sur les thèmes du management (entreprise libérée par exemple) ou encore de l’économie et des entreprises (uberisation, économie du partage, etc.) sans compter le « diktat » de la transformation digitale.

En cette période de rentrée, les rédactions sont en pleine excitation et il faut trouver les bonnes idées pour faire de l’audience, gagner de parts de marché et montrer sa capacité d’explication de l’évolution du monde !

dilbert-buzzwordEn effet, même si la plupart des articles ou des sujets proposés par la presse classique (TV, radios et journaux) est d’un qualité moyenne (voire parfois médiocre) et que la bonne compréhension des usages n’est pas toujours au rendez-vous, peu importe, l’important est probablement d’occuper les espaces (Twitter, Facebook, etc.) et d’attirer la manne publicitaire.

En ce qui me concerne, je préfère souvent les billets proposés par des « acteurs » de l’évolution de l’économie car ils sont, pour la plupart, peu racoleurs, bien documentés et ouverts aux commentaires et aux discussions.

Ceci dit, la concurrence entre les médias professionnels et les blogs est telle que régulièrement, il faut pour chacun attirer l’attention en proposant des sujets « inédits », porteurs de promesses en terme d’intérêt pour le lecteur !

Entreprise collaborative sonne beaucoup mieux que économie de la demande et c’est bien pourquoi le premier semestre 2015 a vu déferler un nombre incroyable de propositions d’illustrations de cette « nouvelle économie » sous des appellations flatteuses mais hors-sujet !
Il en fut de même à propos de l’entreprise libérée, thème très discuté et probablement sans grand intérêt sauf pour les porteurs de cette théorie de management !

Ne doutons pas que cette fin d’année va connaître la même tendance et la vraie question est de savoir sur quels thèmes.
Peut-être avez-vous des idées précises et il serait amusant de les partager, en ce qui me concerne et à bien regarder l’évolution – notamment sur Twitter et Linkedin – des thèmes qui connaissent une inflation de commentaires, il semblerait que les « objets connectés » et l’intelligence artificielle (deux points de vue parfois d’un même monde) soient en tête, mais cela peut-il suffire à en faire des occasions de buzzword ?

Pas si sur, car une des caractéristiques du buzzword et d’avoir un « gros impact » et de susciter l’intérêt des uns (la majorité) mais également de susciter l’agacement, voire la critique acerbe des autres (les experts) afin d’attirer l’attention de tous sur une durée plus ou moins importante !

Et de ce point de vue, les thèmes liés au travail et à l’évolution des conditions et des pratiques sont de sérieux candidats car ils intéressent tout le monde (ou presque) du côté des actifs et des entreprises.

Déjà des publications sur le thème « the future of work » trouvent un écho mais la concurrence pourrait venir du thème de la sphère privée (cf. l’actualité récente : Windows 10, Ashley Madison) !

A suivre, mais selon vous, le(s) buzzword(s) de cette rentrée 2015 :

L’entreprise de demain : dessines ton job ?


On parle de plus en plus de DYOJ (Design your Own Job) en même temps qu’on valorise le « work out loud » et il n’est donc pas étonnant de lire dans l’excellent papier How to love your job (even if you hate it) publié par John Stepper :

Yes, some jobs and some bosses are awful. And yes, work is different from pleasure. But you can create a more blended life, one that you find genuinely appealing and one that’s more fulfilling. It’s not just for those with certain skills, for the young, for the technology savvy, or for extroverts. It’s for everyone.

frustrationCompétence, autonomie et confiance sont fondamentales pour nous rendre « heureux », si ces trois désirs (besoins) sont satisfaits alors nous sommes motivés et productifs !

Nous sommes suffisamment créatifs (certaine plus que d’autres) pour trouver des « chemins de traverses », pour contourner des processus jugés lourds ou inutiles, pour imaginer des pratiques plus pertinentes.

Et pour vous ?

 

[e20] Partage et retours d’expérience pour mieux percevoir la valeur


Il est ainsi de nos intuitions et de nos constats empiriques : ils ont parfois besoin de données objectives et d’une analyse pour avoir un peu plus de considération et de « poids ».

Depuis plusieurs mois et au gré des discussions et des projets avec les organisations, il apparaît acquis que les initiatives « social business » des entreprises ne se limitent surtout pas au déploiement d’une plateforme et que, contrairement aux projets techniques et fonctionnels conduits par les équipes IT et métiers ces dernières années, il y a des ingrédients et des pratiques nouvelles à utiliser pour que cela fonctionne au regard des objectifs fixés.

Avec l’analyse publiée par Jane McConnell – reproduite ci-dessous et disponible en téléchargement sur netjmc.com – il est patent que nous n’avions pas tort quand nous écrivions que la viralité est clef, mais également qu’une des règles d’or est de regarder ce qui se fait autour de soi et que le partage des retours d’expérience est utile pour trouver le meilleur chemin et les bonnes pratiques notamment au regard de sa culture numérique.

je vous recommande vivement la lecture de cette note de Jane et vous invite cordialement à venir en discuter avec elle et Guillaume Foltran (Bouygues Telecom) de vive voix le vendredi 4 avril à Genève !

En attendant, j’ai plaisir également à partager ces deux graphiques au sujet du niveau de maturité par secteur économique,

Maturité social business

et des caractéristiques culturelles de « early adopters » vs « the majority ».

early_adopters culture

On en parle ensemble à Genève, le 4 avril  ?