Production, distribution, la Révolution ? 


Le gros (grand) mot est jeté sur la table et puis zut, en voilà un deuxième : CROWD !

J’ai eu l’occasion cette semaine de suivre une présentation de Ganaël Bascoul de Soon Soon Soon qui était particulièrement intéressante :

Dans la foulée je rencontrais Nicolas Bard – ICI Montreuil – co fondateur du plus grand FabLab existant actuellement en France !

Découvrez l’histoire et la vision de cette initiative :

Il y a quelques semaines, je publiais un billet à propos de l’économie de la demande dans lequel j’écrivais notamment :

Demain, c’est peut-être également l’industrie qui va devoir « négocier » avec des opérateurs d’un nouveau type !

Comme souvent, ce sont les innovations technologiques qui permettent à de nouveaux modèles de se développer avec succès et s’il en est une qui va probablement provoquer de nombreux bouleversement c’est l’impression 3D !

Et voilà que j’entends, conjugués au présent et avec conviction, les mots:  innovation, création et production dans un esprit de proximité et de valorisation des liens et des communautés !

CROWDINNOVATIONCe billet est le premier d’une série que j’espère riche et pertinente autour des nouveaux modèles d’innovation et de production (fablabs notamment) qui pourraient révolutionner les pratiques industrielles, artisanales et commerciales de ces prochaines années.

Mon objectif est au travers des rencontres, des interviews et des publications qui vont suivre d’illustrer, d’un point de vue pratique les perspectives économiques, sociales, voire urbaine qu’ouvrent ces nouveaux modèles de réflexion et de création partagée.

Loin des discours et des présentations des « experts », il y a, sur le terrain, des hommes et des femmes, des responsables et des employés, des commerçants et des clients, qui mettent en commun des contenus, des informations pour mieux faire et apporter des réponses plus pertinentes à tout point de vue (pour ceux qui s’intéressent à des démarches écologiques au quotidien, allez jeter un oeil au projet LIGER mis en oeuvre par la municipalité de Locminé).

Issue de la scène « ouverte », cette proposition (au sens le plus large) s’appuie sur le crowd …. sourcing, making, funding, l’utilisation des market places … bref de la collaboration en pratique et valorisée par des résultats tangibles pour tous !

A très vite pour la suite ….

Et si vous avez une expérience que vous souhaitez partager, laissez moi des infos ci-après :

La collaboration en entreprise, l’occasion d’un nouveau « business model »


Nul n’est besoin d’être « visionnaire » ou plus simplement « observateur avisé » pour constater que les expériences de travail collaboratif fonctionnent généralement bien quand il y a du SENS !

Les communautés de pratiques (partage de savoir) ou de projets font très souvent l’unanimité des personnes qui y participent du fait des résultats qu’elles génèrent mais aussi des conditions dans lesquelles elles opèrent.

Un des chantiers de l’entreprise de demain est de réussir à décliner ce type de pratiques partout où elles génèrent de la valeur.

C’est bien d’un nouveau « business model » qu’il s’agit d’imaginer, de valider et de mettre en oeuvre et non pas de d’un simple « rafistolage » de pratiques dont on ne connaît que trop bien les limites !

La révolution numérique change tout et ainsi que Milad Doueihi la présente : le numérique est proprement sujet en ce qu’il engendre une culture, il produit une nouvelle façon de voir le monde, une nouvelle civilisation.

L’entreprise dans cette mutation iconomique doit apporter des réponses en terme de proposition de valeur et de modèle d’affaires.
Sa survie en dépend !

Une des voies possible pour affronter cette nécessaire mutation et ne pas sombrer face à la concurrence « digital native » est de mettre en perspective et en action la collaboration y compris dans le processus de validation du business model.

Clients, partenaires, ressources, canaux, type de relations, coûts, etc. sont tout autant de thèmes et de sujets qui doivent être réfléchis en collaboration pour trouver les relais de croissance nécessaires.

On n’a jamais autant parlé d’économie du partage, d’économie collaborative, de « crowdsourcing », de « crowdfunding » et il est opportun d’envisager toutes ces options comme – a priori – intéressantes en support à la proposition de valeur que vous défendez sur les marchés.

Si la collaboration fonctionne bien quand elle fait sens, il reste aux entreprises à travailler sur le sens qu’elles veulent donner aux initiatives qu’elles pourraient proposer au sein de leur écosystème.

C’est une réflexion riche et un travail intéressant, mais il bute sur nos conservatismes et nos craintes.

La construction d’un nouveau « business model », c’est d’abord décider que l’entreprise doit se réinventer dans un monde numérique auquel nous participons tous à titre individuel bien avant de décliner des stratégies et les étapes de validation qu’il faudra organiser et affronter.

L’entreprise de demain – au delà de la technologie – se construira à partir d’une vision partagée et de pratiques pertinentes et ouvertes : du sens, du partage et le désir de travailler ensemble à la concrétisation des objectifs.

Selon vous ?

En complément, Une transition “iconomique”… pour l’Entreprise Numérique, un rapport à lire pour mieux comprendre, anticiper et trouver des relais de croissance.

Social Business : une forme de « démocratie directe » dans le monde économique ?


Bertrand Duperrin pointe dans son dernier intitulé « Au delà du social (1 ère partie) : la prise de décision » la nécessaire évolution des modéles et des processus décisionnels dans les organisations.
Avant de dessiner quelques pistes pour la mise en oeuvre, Bertrand liste avec objectivité certaines difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises.

Il est probable que la « culture et les us » du monde économique ne sont pas, a priori, propices à une évolution rapide et pourtant, le mode décisionnel et avec lui les décideurs ne peuvent que gagner à cette transformation.

Ne soyons pas naïfs ou plus simplement nostalgiques des années 70, il ne s’agit pas de parler « d’autogestion », mais bien plus de légitimitité et de performance !

Landsgemeinde - Glarus - SuisseJ’ai la chance de vivre dans un pays bien connu à travers le monde pour ….. son modéle de démocratie directe (oui je sais, il y a également les sports d’hiver, le chocolat, les belles montres, le secret bancaire,…).
Du point de vue du modéle de prise de décision et de la légimité, la Suisse jouit d’une expérience sans commune mesure et il est probablement intéressant de regarder d’un peu plus près les enseignements que le monde économique  pourrait utiliser à son profit.

Le social business est LA source de légitimité (ou pas) et de ce point de vue  la pratique ou le modéle de décision « collective » ou consensuelle est un atout dans une stratégie de performance économique.

Au regard de ce qui se passe, mois après mois, à l’échelon politique et du comportement des citoyens à l’occasion des votations, en Suisse, il est certain que l’apport des « espaces de communication, discussion et de collaboration » est primordial dans la phase d’instruction de la décision !

En effet, objets complexes, communication parfois insuffisante, météo défavorable ou encore fréquences trop importantes sont autant de facteurs d’une participation qui a tendance à s’essoufler.
Peu importe, l’important est que le débat a lieu, en public et en transparence, libre à chacun d’y participer !

Dans le monde économique jusqu’alors caractérisé par des pratiques autocratiques et ou l’appartenance à une « corporation » (non je n’ai pas dit classe !) revêt une importance incontournable dans les processus décisionnel, il est plus que temps de s’ouvrir au débat (qui se passe en dehors des murs de l’organisation et notamment sur les médias sociaux) et d’instaurer à son profit et pour celui de son « écosystème » une pratique plus ouverte et plus transparente.

Si le politique a besoin du consensus (sens du « bien commun »), l’économique cherche la rentabilité et à ce niveau la perception et le sens donné à l’efficacité ne sont pas probablement pas les mêmes.

Il n’en reste pas moins que la prise de décision est un acte qui peut-être « désacralisé »  sans pour autant et bien au contraire dévaloriser ses porteurs et ses initiateurs.

L’essentiel du point de vue des conditions de l’efficacité (pertinence, légitimité, engagement, planning, etc.) est que les phases de préparation de la décision aient été menées avec rigueur, ouverture et transparence (donc avec les outils adhoc).

Plutôt que de parler de « démocratie directe », dans le monde économique, pourquoi ne pas considérer la prise de décision comme un acte « social », c’est à dire construit en équipe, avec tous ceux qui le souhaitent et/ou tous ceux que l’on associe dans une démarche transparente, bienveillante et professionnelle ?

Une pratique qui devrait également est un atout essentiel lors de la mise en oeuvre de la décision, un autre débat à venir !

Votre avis ?