Entreprise 2.0 : A bout de souffle ?

Au delà de la provocation et d’un soupçon d’ironie, il faut reconnaître que depuis les premières fois où Andrew Mac Afee a parlé de concept entreprise 2.0, beaucoup de billets ont été écrits, beaucoup de discours ont été prononcés, beaucoup de conférences ont été organisées et que malgré cette agitation, on a l’impression que rien (ou si peu) ne bouge !

La prochaine conférence de Santa Clara sera probablement l’occasion de faire le point, mais ce concept n’est-il pas à bout de souffle ?

Il est intéressant de lire sur le blog de Mac Afee, un billet publié en septembre dans lequel il mentionnait nombre d’autres billets relatifs à l’état d’avancement de l’entreprise 2.0, aux difficultés rencontrées, peut-être en écho à celui de Laurie Buczek  !

L’entreprise a fortement évolué dans ses structures, ses méthodes et ses outils, mais il est une caractéristique qui reste : l’utilisation de mesures pour mieux contrôler et anticiper.
L’entreprise est dans une logique de croissance, ou en tout cas de développement et cette logique se nourrit d’informations quantitatives et qualitatives.
Or depuis les années 60, le quantitatif a pris la main sur le qualitatif et la multiplication des solutions informatiques n’a fait qu’accroître la dimension « chiffrée », ce fut l’ère de l’informatique de gestion !
L’entreprise vit souvent dans une certaine anticipation et elle a besoin de ces solutions, mais elle a également besoin, ne serait-ce que pour « assurer » sa survie, d’innovation, donc de pouvoir apprécier, au-delà des la réalité brute des chiffres, son environnement opérationnel.

Depuis 2005, les entreprises découvrent une « nouvelle dimension » qui affecte potentiellement le développement de leurs affaires : « le social business » ou plus simplement le fait que les outils issus des développements 2.0 ont permis à bon nombre d’entre nous, donc de consommateurs, donc de clients ou d’utilisateurs potentiels,  de « prendre la main » et ainsi d’amender ou de commenter publiquement les affirmations et arguments des services marketing : l’avènement de l’informatique de contribution.

Ceci n’est pas vraiment nouveau me dire-vous et vous avez raison – réputation, bouche à oreille, etc. – par contre ce qui l’est c’est l’amplification probable et la diffusion globale de ces « avis » ou « recommandations » et leur impact !
Ce qui est vrai pour le consommateur est vrai également pour le collaborateur qui devient un utilisateur de services (solutions) que l’entreprise lui met à disposition.
L’informatique de contribution n’est pas une révolution, mais elle est en décalage avec l’informatique de gestion même si le socle sur lequel elle se développe est constitué des applications d’infrastructure du type ERP ou PGI (en français).

L’évolution qui est en marche est une rupture pour deux raisons principales :

  • elle privilégie le rôle aux dépens de la fonction (hors des cadres des matrices organisationnelles classiques)
  • elle est basée sur une valorisation de l’immatériel (échanges, idées, etc.)

Et tout son intérêt est dans la convergence dans l’utilisation des données (quantitatif) et du « social » (qualitatif), mais c’est également dans cette mise en oeuvre que les entreprises rencontrent le plus de difficultés !

Il faut « s’extrapoler » des approches conventionnelles et des méthodes traditionnelles pour trouver les meilleures opportunités de mise en scène, de nouvelles manières de faire : créer des espaces collaboratifs qui font sens et qui sont porteurs d’une valeur ajoutée qui va au-delà des phénomènes de « mode » et des gadgets !

Cette approche doit se faire à partir de mises en perspective différentes, innovantes, dérangeantes :

  • En quoi, les schémas d’organisation et d’architecture des systèmes d’informations sont-ils encore pertinents ?
  • Est-il raisonnable d’imaginer une offre de services (solutions) aux utilisateurs (collaborateurs) dans et au-delà de l’entreprise en « rupture » d’une représentation graphique de l’infrastructure logicielle ?
  • En quoi, la différenciation rôle (owner, leader, manager, steward. etc.) versus fonction (directeur, chef de service, employé, C, etc.) impacte-t-elle le système d’information et ses prestations ?
  • Quels sont les critères (standards, particuliers) de validation de la mise en oeuvre d’une initiative 2.0 ?
  • Comment mesurer la valeur et les apports du savoir, des échanges, .., dans mon entreprise ?
  • Y-a-t-il un intérêt dans l’approche « valorisation » classique, si oui quels sont les outils existants ou restant à imaginer ?
  • Business Feeling ou Business Intelligence : quelle place pour l’approche intuitive ?
  • Jusqu’où un concept comme le Lean IT peut-il servir l’Engagement ?
  • La notion de processus et les applications qui la supportent sont-elles applicables en l’espèce à l’entreprise de demain ?
  • ……….

Alors, à bout de souffle l’entreprise 2.0 ?

A mon avis (et encore plus depuis que le nom du logiciel SharePoint figure en « une » sur le programme de la conférence de Santa Clara), l’appellation « entreprise 2.0 » a vécu, victime d’un buzz très (trop) long et disproportionné par rapport à la réalité rencontrée sur le terrain.

Mais sur le fond, les questions sont nombreuses et c’est tant mieux car cela montre que cette évolution est encore incertaine dans la méthode, approximative dans les résultats, mais bien réelle dans la volonté de beaucoup.

L’entreprise continue à évoluer et il est probable que la valorisation de l’immatériel et donc des échanges « sociaux » constitue une nouvelle source d’opportunité en complément et au service des échanges plus traditionnels de services et /ou de marchandises qui ont fait jusqu’alors son succès.

Au fait, vous avez quel rôle dans votre entreprise ?

5 réflexions sur “Entreprise 2.0 : A bout de souffle ?

  1. Pingback: Entreprise 2.0 : A bout de souffle ? | Logicamp's Blog

  2. A.M.A porte une vision très process oriented de l’entreprise 2.0 et nous devrions nous interroger sur la validité des propositions venues outre atlantique sur une entreprise plus sociale quand on connait les contour de ce social là-bas.

    L’entreprise 2.0 ne décolle pas car elle est pour l’instant reservée à une élite dont l’ADN est 2.0 alors que ce qui est intéressant c’est la e-transformations des millions entreprises peu ou prou aux concepts d’une entreprise socialement durable.

    • Suis d’accord avec vous deux, et je pense qu’il faut aussi laisser du temps au temps, en particulier pour des entreprises qui ne sont pas des « social players naturels », et dont les présidents (principaux sponsors) n’ont pas encore pris conscience des bienfaits potentiels du décloisonnement, et du lâcher prise, tout en maintenant lorsqu’il le faut, le Cap et la Vision qui vont également être facteurs de cohésion, d’entrainement et d’émulation positive.

      Picasso disait « il faut du temps pour devenir jeune »

      A fortiori peut-être encore plus dans notre culture française (ou européenne – si tant est qu’il y en ait une pour l’Europe -)

  3. L’entreprise reste l’entreprise: une offre, un marché, une compétence. Comment améliorer la fluidité et l’efficacité en interne et en externe peut se nourrir des outils du web. Quand à dire entreprise 2.0, effectivement… c’est trop.

    Par contre, l’influence des outils du web est incontournable. Pas besoin de SharePoint dans les PME. Des outils tels que Tiki Wiki CMS Groupware suffisent (et même sont supérieurs sur certains aspects) à SharePoint. Voir http://www.socius.be pour un exemple (et il y a aussi la partie intranet).

  4. Pingback: Débat 2.0 : Comment convaincre les dirigeants de l’importance des réseaux sociaux d’entreprise? « InfGov's Blog | Claude Super

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s