Réseaux sociaux d’entreprise : le libre-échange au service des idées

Nul n’est besoin de revenir sur ce qu’est le libre-échange, mais bien plus de mettre en exergue un des nombreux avantages qu’offrent les réseaux sociaux d’entreprise.

Si le développement des échanges des biens et des marchandises a, sans aucun doute, largement contribué à la richesse des pays occidentaux (donc des entreprises et des populations), plusieurs théories continuent à enrichir la réflexion tandis que la tentation du protectionnisme reste toujours bien réelle !

Un concept libéral

Quelle que soit l’appellation que l’on donne à l’entreprise de demain (voir l’article de Richard Collin) et à son (ses) modèle(s), elle continuera à s’inscrire dans un concept libéral !
La question qui nous concerne est de comprendre en quoi des nouveaux outils ainsi que des nouveaux comportements peuvent créer à l’intérieur de l’entreprise les conditions favorables (et bénéfiques) de la mise en oeuvre d’un système de libre échange au niveau des idées.

Jusqu’alors tant la division du travail (chère tant à Adam Smith qu’à Ricardo) que la théorie de Grubel à propos du commerce de similitude (et tant d’autres) ont contribué à créer un espace global et structuré d’échanges de biens à notre bénéfice, mais qu’en sera-t’il dans une économie où l’information gagne quotidiennement en valeur tant en interne qu’avec la globalité de l’écosystème de l’entreprise ?

S’affranchir de l’accaparation : de l’ownership au stewardship

Les réseaux sociaux d’entreprise sont des plateformes faciles à mettre en oeuvre au service de projets souvent bien plus complexes et innovants que les solutions techniques.

La réflexion la plus commune et la plus commentée est probablement celle qui concerne les contenus partagés dans ces espaces.
Les questions de confiance sont omniprésentes et Bertrand Duperrin s’en fait l’écho dans sa dernière note tandis que nous abordions récemment le sujet sous un autre angle.

Des éléments de réponse résident dans le fait que le réseau social d’entreprise met d’emblée les contenus publiés en perspective en terme de pertinence, d’acuité, j’oserais même dire d’intelligence et qu’une stratégie de gouvernance de l’information est indispensable !
Il nous faut donc savoir TOUS être patients dans notre apprentissage et mettre en oeuvre des stratégies de « stewardship » de l’information et des contenus afin de les « libérer » dans un processus ouvert au service des projets !

Une exigence de maturité

Le libre échange au niveau des idées et au service des projets dans et par delà l’entreprise x.0 requiert de la maturité.

Cette maturité que devinons de plus en plus dans les plateformes proposées par les éditeurs n’est pas sans poser de nouvelles questions et je vous renvoie à l’excellente note publiée par Thierry de Baillon sur le sujet !

J’espère qu’il ne m’en voudra pas de reprendre à mon compte, le conseil qu’il délivre aux éditeurs « Je sais bien qu’une lutte pour le pouvoir et le profit est en train de se jouer, mais par pitié, jouez le jeu expliqué de long en large dans vos livres blancs: la collaboration, ou si vous préférez la coopétition, est le futur du business. Et ce, y compris pour les éditeurs de plateformes collaboratives« .

J’y ajouterai simplement que ce conseil vaut également pour les responsables et décideurs et je leur demanderai d’accepter d’avoir la cohérence de favoriser en interne et au service de l’entreprise, ce libre-échange des idées, libre échange par ailleurs qu’ils adorent pour ce qui est des biens et marchandises.

Une simple question de maturité ?, pas si sur !

6 réflexions sur “Réseaux sociaux d’entreprise : le libre-échange au service des idées

  1. Claude

    Cela ne pose-t-il pas la question de la propriété intellectuelle et des brevets ?

    Certains dirigeants d’entreprise ont eux-même mis un coup de frein à l’intelligence collective comme Nestlé ou la RATP pour ne citer que deux exemples emblématiques.

    Ensuite, le reste est juste de la technique me semble-t-il…

    Cdlt

    • Ce peut être une conséquence mais en cas de « création collective » c’est toujours l’entreprise qui gagne même si elle doit « rémunérer » plus ou moins, ou différemment ceux qui la font avancer le plus et qui ne sont pas forcément dans les sphères dirigeantes ou les forces de gestion.
      Le RSE peu représenter une zone de libre-échange pour les idées si tout le monde dans l’entreprise accepte de « libérer » la parole et donner crédit aux propositions et/ou innovations apportées par les quelques 20% qui contribuent activement dans ces espaces sociaux.

  2. Pingback: les liens de la semaine (weekly) | Les z'ed

  3. Pingback: Réseaux sociaux d’entreprise, quelle vision ? « InfGov's Blog | Claude Super

  4. Pingback: Réseaux sociaux d’entreprise : le libre-échange au service des idées « La toile des RH

  5. Pingback: Le social CRM, accélérateur de l’entreprise 2.0 ? | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s