[e20]L’entreprise de demain : lentement (trop ?), mais surement !

La sphère E20 est en ébullition, serait-ce la « gueule de bois » ou plutôt une légère difficulté à digérer un menu apparemment très riche préparé et servi, avec tout le savoir-faire qu’on leur connaît, par les équipes de Kongress Media à Paris la semaine dernière.

Cette édition a fait l’objet de beaucoup de présentations et de communications dont certaines sont disponibles en ligne :

Beaucoup de vidéos (interviews et keynotes) sur YouTube et je vous propose l’intervention de Rachel Happe (Community Roundtable) :

Vous trouverez également les billets de Cecil Dijoux sur TheHypertextual qui en profite pour nous proposer sa définition de l’E20 et du social business (à discuter) :

E20 implementation is a change management initiative aiming at scaling up collaboration throughout the whole organization. Why scaling up collaboration ? Because it is the only way to tackle the complexity of problems in the 21st business world.

Mais, il y a également le compte-rendu d’Olivier Roberget dans Collaboratif-info qui met en exergue l’indigestion des retours d’expérience de grands comptes :

Les entreprises se sont appropriées les discours des experts.
Les retours d’expérience qu’elles présentaient n’impactaient que marginalement le fonctionnement quotidien de leurs collaborateurs.

et qui salue la pertinence du témoignage du Groupe Poult :

 Il a fallu attendre le dernier des treize retours d’expérience, celui du Groupe Poult, pour découvrir un exemple de transformation en profondeur et généralisé du fonctionnement d’une organisation.

Pour ma part, j’ai retenu, parmi tout ce que j’ai pu lire, visionner, télécharger (je ne participais pas à cette édition) la présentation d’Emanuele Quintarelli tant elle est courte, précise, objective, digeste et rassurante à mon avis !

social business is here already

A parcourir ….

4 réflexions sur “[e20]L’entreprise de demain : lentement (trop ?), mais surement !

  1. Merci pour ce retour et ces points d’attention. Ce qui m’étonne (toujours et de plus en plus), c’est finalement qu’est-ce qui coince pour accélérer ou engager le passage à l’acte ? On trouve partout multitude de constats, de « good rules » et au final, on s’aperçoit que l’inertie du train-train reste la plus forte…

    • Oui, c’est peut-être simplement le fait qu’il est plus facile de parler que de s’engager, de faire et de délivrer.
      Un autre facteur est probablement que peu de managers arrivent à mettre en perspective la collaboration en terme de valeur, mais également l’évolution de l’entreprise dans un monde numérique.
      Enfin, la vision à court terme est, on le sait bien, le plus grand point de blocage pour la mise en oeuvre réussie de ce type d’initiative, sauf à ce que les circonstances obligent (cf. le cas du Groupe Poult).

  2. Il est en effet dommage de voir que les choses évoluent lentement. Surtout que certains projets comme celui de PSA et de sa plateforme collaborative ont montrés des résultats plus qu’encourageants.

  3. Pingback: La maturité du "social business": plus de valeur au delà du B2C | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s