L’évolution digitale impose une nouvelle approche du temps

Nos rythmes sont déterminés par nos besoins physiologiques et sociaux.
Time-1024x861Au niveau travail, depuis plusieurs siècles nous avons consacré la scission privé-professionnel en attachant à chacune de ces sphères son espace temps.

Chacun s’est attaché à maximiser le temps disponible pour les activités privées au détriment de celui consacré aux activités professionnelles et c’est ainsi qu’après de long combats, nous en sommes arrivés à la situation actuelle, à savoir la reconnaissance par l’entreprise et au-delà par l’économie de la sphère privée en tant qu’espace temporel.

Depuis quelques mois, le débat s’intensifie notamment en ce qui concerne les employés et les limites ou les frontières entre les deux.

Pourtant, la question du temps et de sa gestion est bien au coeur de ces débats et elle les dépasse largement.
Dans notre vie « privée » quotidienne et selon nos rôles (parents, consommateurs, partenaires, etc.), la perception et l’utilisation du temps n’est plus la même.

Le numérique a cassé la linéarité du temps en supprimant l’instant pour mieux consacrer la persistence !

En effet, au delà de tout ce qui se réalise à votre insu (objets connectés), le monde numérique ajoute le temps personnel qui diffère du temps réel.
Le différé est devenu la norme en matière de diffusion de contenus et la consommation des programmes télévisés en est le meilleur exemple.
A l’instar des contenus écrits, la contenu numérique se consomme à discrétion et au moment souhaité !
Il est TOUJOURS disponible !
TEMPS_SPIRALEMais cette nouvelle donne ne se limite pas qu’à la consommation de contenus numériques, elle impose également une nouvelle disponibilité temporelle (24/7) de l’accès aux offres de produits et de services.
La mobilité (applications et outils) permet aux fournisseurs de s’affranchir de cette contrainte temporelle qu’impose l’organisation du travail (horaires) dans les bureaux et/ou les boutiques.

L’entreprise a aujourd’hui l’opportunité de commencer à réfléchir sur son approche du temps et les moyens qu’elle pourrait mettre à disposition des employés.

Ce chantier n’est pas facile et il est probable qu’il se déroule sur plusieurs années, mais il est structurant pour l’entre prise de demain et source de nouvelles opportunités de croissance car il suscite l’engagement.

Aujourd’hui, le pragmatisme doit être au coeur de l’approche de l’entreprise et il serait contre productif de réfléchir à cette évolution du seul point de vue de la relation client et d’oublier les employés. Nombreux sont ceux qui travaillent en dehors des cadres traditionnels (bureaux, ateliers, etc.) et utilise le temps de l’itinérance pour continuer une tâche ou plus simplement qui souhaite pourvoir organiser leur temps de travail plus librement tout en respectant leur cahier des charges et les attentes liées à leur poste.

Il est toujours plus facile de penser que la technologie et les outils vont facilement permettre de passer le cap !
Pour ma part, je pense qu’il n’en est rien et que faute d’une stratégie et d’un excellent niveau de dialogue interne et externe, les entreprises risquent de passer à côté d’une évolution majeure pour elle, car essentielle et vécue par employés et clients au quotidien dans leur sphère privée.

Les risques existent et notamment celui d’aller trop vite, c’est pourquoi il est temps de « recruter » les profils les plus matures pour commencer à dessiner les contours des stratégies les plus pertinentes.

Et de ce point de vue, nous avons encore un peu de temps !

5 réflexions sur “L’évolution digitale impose une nouvelle approche du temps

  1. Il me semble plutôt que l’on sacrifie les activités privées au profit des professionnelles, accessibles facilement partout où on se trouve sur smartphone, tablette et ordinateur.
    En même temps, on profite aussi ces possibilités pour assurer ses contraintes professionnelles pendant un loisir (par exemple traiter quelques mails urgents sur le parking de la Grimselpass pendant une virée avec mes potes motards…). Mais c’est aussi une vision de son métier et de ses engagements, après tout le client peut aussi attendre la semaine suivante (ou pas…).
    Ce qui est certain, c’est que la séparation sphère privée/sphère professionnelle est complètement revue avec nos outils de travail actuels et l’accessibilité permanente que nous donne internet.
    Dans certaines entreprises, c’est un vrai stress, par exemple se retrouver à travailler le dimanche soir les docs du comdir du lundi matin, comme je l’ai déjà vu faire.
    en France l’Inspection du Travail peut rappeler à l’ordre une entreprise qui va trop loin dans ce genre d’usages, même avec des cadres; preuve que le problème est fréquent, même la CGT se met à réfléchir à ces sujets (serait temps, on peut dire…).
    Reste que le principal déclencheur dans la mise en place de ces nouveaux outils est l’augmentation de la productivité.

  2. A reblogué ceci sur Transformation Numérique Blog JM. Touzardet a ajouté:
    Il me semble plutôt que l’on sacrifie les activités privées au profit des professionnelles, accessibles facilement partout où on se trouve sur smartphone, tablette et ordinateur.
    En même temps, on profite aussi ces possibilités pour assurer ses contraintes professionnelles pendant un loisir (par exemple traiter quelques mails urgents sur le parking de la Grimselpass pendant une virée avec mes potes motards…). Mais c’est aussi une vision de son métier et de ses engagements, après tout le client peut aussi attendre la semaine suivante (ou pas…).
    Ce qui est certain, c’est que la séparation sphère privée/sphère professionnelle est complètement revue avec nos outils de travail actuels et l’accessibilité permanente que nous donne internet.
    Dans certaines entreprises, c’est un vrai stress, par exemple se retrouver à travailler le dimanche soir les docs du comdir du lundi matin, comme je l’ai déjà vu faire.
    en France l’Inspection du Travail peut rappeler à l’ordre une entreprise qui va trop loin dans ce genre d’usages, même avec des cadres.
    Reste que le principal déclencheur dans la mise en place de ces nouveaux outils est l’augmentation de la productivité, pas le bien-être des collaborateurs.

  3. Pingback: L'évolution digitale impose une nouvelle...

  4. Pingback: L'évolution digitale impose une nouvelle...

  5. Pingback: L'évolution digitale impose une nouvelle...

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s