Réseaux sociaux d’entreprise, par où commencer ?

La question n’est ni nouvelle, ni innocente !
Si, au fil des différents retours d’expérience, il est plus facile d’imaginer les secteurs et/ou les projets susceptibles d’avoir intérêt à être intégrés dans des espaces sociaux d’entreprise, il n’en reste pas moins qu’il faut décider de  » par où commencer  » !

Une des pistes tient à considérer le projet non pas tant du point de vue  du thème (innovation, customer care, etc.) mais plutôt en s’attachant aux participants et aux membres de la (les) communauté(s) que l’on veut développer.

Le nombre de notes, d’articles ou encore de dessins humoristiques, tenant aux réseaux sociaux d’entreprises, à leur utilité, à leurs avantages, à leur retour sur investissement, est impressionnant, mais la plupart des éclairages proposés restent, à mon avis, dans une approche très conservatrice de l’entreprise.

Le social, c’est l’humain !

Alors, pourquoi ne pas le placer d’emblée au centre d’une réflexion stratégique sur le déploiement des réseaux sociaux d’entreprise ?

Apparemment, il est difficile pour certains de changer de paradigme et je rejoins très volontiers Bertrand Duperrin quand il nous présente les expériences de valorisation du capital humain dans la note Les employé d’abord ! Ou comment aider ceux qui créent vraiment de la valeur.

Par contre, je m’agace, à l’instar de Frédéric Poulet, quand je découvre sur le site de l’Atelier une annonce pour un débat intitulé Média Sociaux, nouveaux vecteurs d’évaluation des salariés

Et chacun d’y aller de son commentaire ou de sa quête de  » retweet  » et de  » célébrité  » !

Si les ressources humaines pensent trouver  dans les réseaux sociaux d’entreprises des nouvelles perspectives de gestion et de valorisation (réciproque) du capital humain de l’entreprise, elles ont raison !

Mais, par pitié, enlevez vos oeillères et pensez un peu plus loin et plus haut !

Que peux apporter une vision  » petit chef  » (voire kapo), par définition restreinte et peu sympathique (je ne parle même pas d’empathie) à un projet de réseau social d’entreprise ?

RIEN, si ce n’est à renforcer les craintes et ainsi à faire échouer (provisoirement) les tentatives de changement !

Commencer par le capital humain et ne jamais oubliez que dans RSE, le lien social est le ciment qui va permettre aux communautés de VIVRE et de créer, directement ou indirectement, de la RICHESSE.

Pour le reste, il sera beaucoup question d’humilité, de respect réciproque et d’envie d’aller de l’avant ensemble sur des sujets et/ou des projets précis.

Le réseau social d’entreprise est un outil universel au niveau de l’entreprise, il ne peut pas être accaparé par un département, une fonction ou un métier aux seules fins de ses objectifs particuliers.

Le réseau social d’entreprise préfigure les organisations opérationnelles de demain et les premiers projets nous montrent l’importance que va prendre  l’organisation fonctionnelle (rôles), notamment dans la gestion du savoir, au détriment des organisations hiérarchiques (postes).

A lire en complément à cette note:

Le blog de l’Atelier
Le bloc-notes de Bertrand Duperrin
Les  » coups de gueule  » et autres notes de Frédéric Poulet
Franck La Pinta
HR.Channel
Le réseau social d’entreprise par Alain Garnier et Guy Hervier
Opportunités stratégiques et impacts organisationnels des RSE dans l’entreprise
Réseaux sociaux d’entreprise : bien au-delà de la « simple » communication !
Collaboration et relations sociales en entreprise : les clefs du succès !

++++

 

 

17 réflexions sur “Réseaux sociaux d’entreprise, par où commencer ?

  1. Pingback: Les incontournables de la semaine du 27 juin 2011 | La Blogule de STONEPOWER - Agence Digitale Marseille

  2. Pingback: Réseaux Sociaux d’Entreprise, tout simplement ! « InfGov's Blog | Claude Super

  3. Pingback: Réseaux sociaux d’entreprise, quelle vision ? « InfGov's Blog | Claude Super

  4. Bonjour Claude,

    Complètement d’accord sur l’importance de la place de l’employé au centre du dispositif, il est le ciment de l’entreprise numérique.

    Sur l’approche, j’ai tendance à penser que pour amener un RSE, c’est avant tout sur l’organisation qu’il faut travailler ! Car en effet, la présence de l’outil ne peut suffire à faire germer les usages et à les ancrer dans les gènes de l’entreprise si en parralèle l’organisation n’est pas bâtie en cohérence.

    Donc pour compléter ton avis sur la question du « par ou commencer ? » je dirais : engager un chantier de transformation de l’organisation pour la faire reposer sur les employés (et non sur des directions en silo) en s’appuyant sur des méthodes collaboratives (avec une forte conduite du changement et politique de formation) et les outils permettant ces usages (RSE, …).

    Attention à ne pas négliger la conduite du changement et l’évangélisation des employés sur l’importance de l’échanges, du partage et de la communication de l’information ! Ce comportement 2.0 n’est pas inné, sinon nos dirigeants l’auraient également et nos entreprises aussi.. J’avais d’ailleurs écris en début d’année un billet sur ce thème des entreprises muettes :
    http://haikusages.fr/2010/10/18/entreprises-muettes-nattendez-pas-tout-du-collaboratif/

    • Bonjour Fabien,
      Vous avez raison et il faut travailler avec le management et sur l’organisation.
      Passer d’un schéma matriciel et vertical à une organisation qui supporte la transversalité n’est pas simple et demande de l’implication.
      Merci

  5. Pingback: Réseaux sociaux d’entreprise, par où commencer ? | OPTIMONET

  6. je reprends une portion de votre écrit: « Le réseau social d’entreprise est un outil universel au niveau de l’entreprise, il ne peut pas être accaparé par un département ». Ca peut poser un problème dans le sens où aucun département ne voudra travailler pour les autres si, en retour, il ne peut s’arroger un droit sur l’outil en question. Le ‘cost-control’ mettant un prix à toute heure travaillée empêche les travaux transverses dont la gestion, le maintien de cet outil.

    • Merci Pascal,
      Je ne le crois pas pour plusieurs raisons:
      1) le RSE est un outil bien adapté pour des projets transverses.
      2) la tendance n’est pas à l’appropriation des applications mais bien plus à une approche service (disponibilité, SLA, etc.)
      3) l’approche comptable est réductrice et bien loin des apports fonctionnels, mais elle n’empêche pas la mutualisation de services d’infrastructure : bureaux, téléphone, serveurs, ressources, etc.,au niveau de toute l’organisation. Le RSE peut, par sa souplesse,sa granularité, sa structure de coût, faire partie de ces services,
      À votre avis?
      Merci

      • Désolé mais ça ne répond pas à la question: qui s’occupe du RSE? Pourquoi un tel de tel département devrait passer du temps pour monitorer les échanges? qui paye?
        Dans ma société je dois rendre des comptes du temps passé sur tel ou tel projet et justifier de ce qui n’intéresse pas directement mon département. C’est peut être ridicule mais la budgétisation ne se fait pas autrement.

        Vous pouvez parer votre RSE de toutes les vertues ces points vous seront rapidement rappelés.

      • Il y a au moins deux questions dans votre message :
        1) d’un point de vue technique et si le RSE est hébergé dans le « cloud » (ou pas), c’est généralement les équipes IT qui « supervisent » le fonctionnement.
        2) Au niveau fonctionnel, le RSE est souvent constitué d’un ensemble de groupes, de communautés, ouverts et mis en oeuvre au service de projets (innovation, RH, sales, SAV, COM,, etc.) par des équipes, des services, qui en ont la charge de l’animation, voire du contrôle et qui « mandatent » des ressources pour le faire (incluses dans les buggets).
        Il n’y pas d’ownership des communautés ou des espaces de discussions, mais un stewardship de ce qui s’y passe, s’y dit ou s’y fait.

      • Substitution peut être pas, mais convergence pour certains usages, oui !
        Voir les billets publiés à ce sujet ici.
        Merci Pascal 😉

  7. Reblogged this on Things I grab, motley collection and commented:
    je reprends une portion de votre écrit: “Le réseau social d’entreprise est un outil universel au niveau de l’entreprise, il ne peut pas être accaparé par un département”. Ca peut poser un problème dans le sens où aucun département ne voudra travailler pour les autres si, en retour, il ne peut s’arroger un droit sur l’outil en question. Le ‘cost-control’ mettant un prix à toute heure travaillée empêche les travaux transverses dont la gestion, le maintien de cet outil.

  8. Cher Claude,
    On voudrait vous inviter a connaître la RSE Zyncro avec un petit déjeuner!

    Lors de ce petit déjeuner, nous aborderons ensemble les dispositifs prévus dans la plateforme Zyncro pour permettre aux employés de mieux collaborer en interne, mais aussi aux partenaires, fournisseurs et clients d’améliorer leurs relations avec les entreprises et leurs différents départements.

    Cette présentation se déroulera :

    le jeudi 31 mai 2012
    Le Ragueneau 202 Rue Saint Honoré, 75001 Paris
    De 9h à 11h00
    http://www.zyncro.com/fr/webandbreakfast-paris

  9. Pingback: Deux ans de blogging et même pas fatigué ;-) | Le Blog de Claude Super | Let's make your business more social!

Réagissez et partagez votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s