Medias sociaux et capital humain : quelle stratégie ?


Avant de parcourir l’intégralité de cette présentation faite par Ross Dawson, quelques extraits significatifs de l’importance d’une stratégie de gestion des médias sociaux notamment au niveau « ressources humaines » :

Entreprise collaborative : peux-t-on encore parler de « ressources » humaines ?


Sans être un spécialiste de la sémantique, il a toujours été des mots dont l’usage dans certaines expressions me laisse perplexe et dont je pense qu’il contribue à un message volontairement réducteur.

C’est le cas de ressource dont la définition selon le Larousse est :

Et de son usage dans l’expression :

 

A l’époque de l’indiscutable prédominance d’une vision « tout en chiffres » de l’entreprise et des organisations, vision servie par les « progiciels de gestion intégrée » ou autres ERP, supports de l’informatique de gestion, il n’est pas étonnant de constater que l’offre de services des collaborateurs et des employés a été réduite à un moyen au même titre que les autres mis en oeuvre par les entreprises.

Entreprise étendueAujourd’hui, et sans nier l’intérêt et l’utilité de ces applications de gestion, l’entreprise évolue vers une « informatique de contribution » supportée par de nouvelles solutions qui viennent accompagner une nouvelle vision dans laquelle l’humain et le lien social revient « sur le devant de la scène » pour une approche différente mais toujours profitable !

Dans ce contexte, il est clair que l’humain dans sa complexité, dans sa richesse, dans sa singularité et dans sa diversité ne peut pas être considéré uniquement en tant que ressource !

Pour autant, l’usage du mot « ressource », à lui seul, contribue-t-il à réduire l’importance de l’humain et du lien social dans nos organisations et si oui,  quel terme ou quelle expression serait mieux adaptée pour représenter cette richesse ?

Plus nous sommes en contact avec les économies dites « émergentes », plus nous sommes nombreux à constater que, au-delà des toutes les questions de développement technologique et financier, les populations qui les servent ont su garder des structures, des liens sociaux très forts et aujourd’hui, c’est un réel atout au service des organisations !

La logique de service (versus celle de ressource) s’impose petit à petit dans les organisations et il est essentiel de savoir mettre en oeuvre les conditions cadres nécessaires à son épanouissement.
Il ne s’agit pas de revenir en arrière, mais bien de contribuer à une nouvelle réalité sociale servie par mais également au service de l’humain.

Le débat n’est ni futile, ni vain !
Si vous pensez que les expressions que nous utilisons ne sont pas le fait du hasard et qu’elles sont « l’illustration de notre vision » du monde dans lequel nous évoluons, alors il est probablement temps d’imaginer une expression plus noble et valorisante pour parler des collaborateurs qui travaillent au service des objectifs des organisations commerciales ou non !

A vos plumes !!!

Débat 2.0 : Comment convaincre vos collègues, vos employés, de la valeur de leurs contributions ?


Le management et les ressources humaines, en premier lieu, doivent monter au front quand il s’agit d’expliquer les raisons mais également les conditions de la mise en oeuvre des « nouveaux modes » de travail en général et l’importance de la collaboration en particulier.

L’environnement économique et les perspectives des prochains mois obligent les entreprises à innover ne serait-ce que pour conserver leurs positions sur leurs marchés traditionnels mais également pouvoir espérer gagner des nouveaux débouchés.

La concurrence internationale s’intensifie et les économies dites émergentes viennent changer la donne d’une économie occidentale en danger.

Pas (ou peu) de dette souveraine, un avenir à inventer (sans les lourdeurs d’un historique économique et social) et un lien social fort et resté intact sont autant de facteurs de réussite pour ces économies !

Les précédents billets de cette « série Débat 2.0 » nous ont permis de mettre sur le devant de la scène des retours d’expérience et des témoignages tout en essayant de mettre en perspectives les nécessaires changements que les organisations doivent entreprendre.

Il est une évolution par laquelle l’entreprise de demain va se construire : la généralisation des pratiques de collaboration.

Plusieurs études et billets montrent l’intérêt de la collaboration au service des métiers ou des projets (démarche au service de l’innovation par exemple) mais également dans des domaines  tels que celui de la prévention des « pratiques malveillantes« , pratiques favorisées par l’isolement.

Quelles pratiques au delà du consensus académique ?

L’entreprise est une entité complexe et vivante qui agit et réagit souvent d’une manière singulière et quand il s’agit de collaboration, le premier réflexe est de s’écarter des théories qui jusqu’alors ont prévalu.

Au quotidien et en dehors des symposiums, conférences, voire conseils d’administration, un constat s’impose : la collaboration est avant tout une pratique !

C’est pourquoi, dans la mise en oeuvre de la collaboration, il y a quelques conditions impératives : la confiance, l’empathie et l’accompagnement !

Jusqu’alors, les « gurus du management » n’ont, à ma connaissance, jamais affirmé l’importance de la confiance et des capacités d’empathie dans le fonctionnement de l’entreprise.
L’approche basée sur le tryptique des trois P (Processus-Profit-Pouvoir) qui a largement contribué à la dévalorisation des contributions personnelles est maintenant contestée car elle n’est que le reflet d’une vision à très court terme favorisant les comportements les plus « opportunistes »,  voire les plus dangereux.

Pourtant, nous y sommes encore et il va falloir passer à autre chose !

La confiance se mérite, elle ne se décrète, tandis que l’empathie se cultive (ce n’est pas un don, plutôt une compétence).

Demain, dans vos organisations, vous allez vouloir mettre en oeuvre des espaces de collaboration.
Ces espaces seront le fait de votre culture, de votre gestion des projets, des équipes, des ressources en général, mais également de vos capacités d’innovation en ces domaines.

Pour autant, ce n’est pas si simple : la seule volonté ne garantit pas le succès !
Que faire pour que vos collègues, vos employés, vos managers, vos partenaires, participent activement à ces espaces ?

Dans la collaboration, le contenu est clef, car il représente les fondations du système sur lesquels se construisent les échanges : il vous faut donc produire et publier du contenu qui donne ENVIE !

Un contenu (billet, lien, vidéo, sondage, etc.) pertinent et de qualité constitue le premier élément de crédibilisation d’un espace de discussion et par là un facteur de valorisation des contributions de tous ceux qui y acceptent d’y participer.

Le deuxième élément important est probablement l’humilité.
Dans les espaces collaboratifs, les règles du jeu ne sont plus les mêmes : il faut CONVAINCRE et asséner ne sert à rien (serait même contre productif), ce qui implique de considérer a priori les contributions des autres comme aussi importantes que les siennes et d’accepter d’en discuter et d’argumenter dans le respect de chacun.
La collaboration dans l’entreprise n’est pas la consécration du « consensus mou », pas plus qu’un nouvel espace de jeu pour les autocrates !
L’entreprise collaborative est tout naturellement et simplement celle qui sait mettre en oeuvre les meilleures pratiques qui peuvent lui permettre de continuer à aller de l’avant.

Une fois ces conditions remplies et selon les personnalités des différents contributeurs, la troisième condition au succès des espaces collaboratifs tient probablement aux capacités d’accompagnement dans l’organisation :
il faut expliquer, rassurer si nécessaire, participer pour créer la confiance nécessaire.

Toute organisation doit pouvoir adopter sa démarche d’accompagnement  au regard de ses particularités métiers et culturelles dans un souci permanent de simplicité, de clarté (notamment dans les objectifs), de transparence et de pragmatisme.