Economie de paix : collaboration, innovation et humanisme


La vie est source de beaucoup de rencontres, dont quelques unes comptent beaucoup plus que d’autres.

J’ai beaucoup d’égards et d’amitié pour mes proches et toutes les personnes que je croise, avec qui je discute ou partage un moment.

IMG_3476Le plaisir de la relation sociale est une vraie source d’énergie et d’inspiration pour moi comme pour beaucoup.
Et parfois, il y a plus, du simple fait de la personnalité et de l’expérience de la personne que vous rencontrez au hasard de deux chemins qui se croisent.

C’est ainsi que très récemment, je me suis retrouvé à travailler de concert avec Didier Pittet, le genevois qui a sauvé des millions de vie !

Si le parcours de Didier vous intéresse, je pense que vous trouverez dans le livre rédigé par Thierry Crouzet matière à satisfaire votre curiosité et à comprendre comment un tenant de « l’économie de paix » a su mettre en oeuvre une vision pour améliorer (et comment!) la vie du patient dans les hôpitaux du monde entier.

La démarche est intéressante et comme la résume Thierry Crouzet sur son blog:

Tout innovateur, et en fait chacun de nous, doit aujourd’hui se demander s’il se place dans l’économie de prédation ou dans l’économie de paix. Sachant qu’on peut être tantôt dans l’une, tantôt dans l’autre.

On appelle « commonistes » ceux qui choisissent l’économie de paix. Ils ont pour souci la gestion harmonieuse des biens communs, et d’augmenter la quantité de biens communs à notre disposition

Didier Pittet est un homme de conviction et doté d’une rare persévérance.
Avec cette innovation (il n’y aucun doute que c’en est une!) Didier Pittet s’est retrouvé – avec ses équipes – dans le rôle du perturbateur dans un milieu très, parfois trop conservateur et où le mandarinat est encore une réalité avec laquelle il faut savoir composer.

La vision est une chose, le leadership, c’est à dire la capacité à tout mettre en oeuvreéquipes, talents, méthodes, messages, sponsors, chemins, outils, etc.pour réaliser cette vision en est une autre et nul doute que nous en avons ici une parfaite illustration.

L’entreprise de demain, le monde de demain, la santé de demain, ont besoin de ces personnes qui sont capables de remettre en cause les méthodes, les pratiques et pas uniquement la technologie, pour espérer mieux répondre à nos besoins et nos attentes.

L’innovation n’est pas dans forcément dans la complexité technique ou procédurale, elle est avant tout dans la pertinence de sa proposition de valeur et quoi de plus pertinent que de sauver des millions de vies ?

WID_letterheadRejoignez-nous au Campus Biotech à Genève les 28 et 29 août à l’occasion du Word Innovation Day – Innovation for Health, une initiative de Didier Pittet et François Gilardoni avec la participation de projets en provenance de Calgary, Pretoria, Hong Kong et Genève.
De nombreux représentants de fonds d’investissement – dont Batelle Venture– seront présents.

La participation est gratuite (déjà plus de 300 personnes inscrites) et toutes les présentations seront diffusées en direct sur le web.
Vous trouverez également sur Twitter (comptes @MediaduM, @ClaudeSuper, … #WIDI4H) les dernières infos en temps réel ainsi que sur ce blog à l’occasion d’un « live blogging » de 2 jours.

Santé, business, éducation, le numérique change tout, y compris le regard sur soi !


Pendant que certains baignent encore dans un conservatisme bien confortable, les facteurs de perturbation continuent à croître en nombre, en disponibilité et en pertinence.

Le numérique est à l’origine d’innombrables tout autant qu’incroyables changements. Dans le monde numérique, nous agissons différemment et ceci influe largement l’économie, le commerce, le fonctionnement ainsi que l’organisation des entreprises, quoiqu’en disent certains !

Nos comportements guident ainsi les entreprises à nous proposer de nouveaux outils et de nouvelles applications.
Celles-ci sont souvent imaginées et développées par des « jeunes pousses » dans une démarche « lean startup » et en exploitant avec pertinence les données disponibles (big data) pour mieux préciser un modèle d’affaires efficace.
Il y a bien évidemment tous les services traditionnels : billetteries, réservations, etc., auxquels le numérique a donné une meilleure disponibilité et accessibilité.
Mais il y a également de nombreux services qui se déploient avec une approche nouvelle pour apporter des réponses à des besoins personnels et professionnels.
Dans le domaine de l’éducation, les MOOC viennent, avec les chaînes vidéos, enrichir l’offre de contenus en support à la connaissance et à l’apprentissage.
A l’image de ce que nous proposent les secteurs de la banque, des loisirs ou des transports, la démarche s’inscrit dans une tendance déjà bien ancrée en occident : le « Do It Yourself ».
Jusqu’alors cantonnées au bricolage et autres tâches manuelles, les offres se sont multipliées depuis les années 2000 dans le monde de la prestation des services, puis des échanges intellectuels.

Il est un domaine, jusqu’alors et encore sacralisé pour beaucoup, qui, petit à petit, succombe également aux charmes du numérique : la santé.

Les offres « Quantified Self » développées pour les sportifs, mais aussi plus généralement pour tous ceux qui souhaitaient se connaître un peu mieux, collecter des données (très) personnelles et les partager, connaissent depuis environ 5 ans un succès très important.

Très naturellement, ces capteurs et ces pratiques, tout autant que l’appétit du public pour ce type de « services », ont un intérêt pour les professionnels de la santé, mais aussi pour d’autres entreprises comme les compagnies d’assurances (AXA a lancé une offre d’assurance incluant un objet connecté).
Sans entrer dans le débat de la protection des données personnelles (débat qu’il faudra bien avoir un jour) dans ce billet, il est étonnant de constater la vitesse à laquelle des propositions nouvelles et plus ou moins perturbantes apparaissent également dans le monde de la santé et des « business » qui y sont liés.

Il suffit de suivre (un peu) l’actualité de l’innovation pour constater que le mouvement est lancé et que demain, notre rapport à la santé et nos pratiques de consommation vont également beaucoup changer.

Du bien être à l’auto surveillance (voire analyses), chacun a le loisir quant aux « outils » qu’il peut utiliser tout en contribuant (un peu et c’est selon) à une meilleure connaissance globale !

Et c’est ainsi que se constitue notre identité d’homonuméricus :
être focalisé comme jamais sur lui-même, son existence et sa représentation, mais aussi contributeur d’une expérience de partage au service – on l’espère – du mieux collectif !

Dans le réel, le corps donne d’emblée existence à la personne, lui permettant de se manifester aux yeux des autres et ainsi de construire son identité par différenciation. À l’écran, la personne doit prendre existence : si elle n’agit pas et ne laisse pas de traces d’elle-même, elle est invisible pour un autre. Cette nécessité de prendre existence en laissant des traces est un changement radical du paradigme de l’identité.

Représentation de soi et identité numérique
Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 par Fanny Georges

Bien évidemment, tout ceci est très excitant et quand vous prenez le temps de regarder – par exemple – des offres du type de celle proposée par Force Impact Technology avec le FITGuard, il fait nul doute que nous sommes entrés dans une « nouvelle époque ».

WID_letterheadPour aller plus avant sur le sujet de l’eHealth et de l’innovation dans le monde de la santé, le WID-I4H, conférence qui se tiendra à Genève fin août, est l’évènement auquel il faut participer (c’est gratuit, mais il demandé de s’inscrire) ou suivre par défaut en Live stream ou LiveTweet (#WIDI4H).

fenvDans le domaine des entreprises et pour tout ce qui tourne autour de l’image et de la réputation, le Forum Economique du Nord Vaudois qui se tiendra le 4 septembre accueillera parmi les meilleurs spécialistes. Les débats et présentations seront également accessibles en direct en ligne, ici en Live blogging et sur Twitter (#FENV2014) et aujourd’hui en pleine actualité, un beau cas d’effet Streisand dans la restauration en France !

Capture d’écran 2014-07-14 à 16.26.24En ce qui concerne la pertinence de l’accompagnement des utilisateurs en des pratiques en faveur de l’adoption de « nouveaux outils », rendez-vous à Paris, le 11 septembre (Retour d’expérience sur l’adoption des usages collaboratifs de la société Moët Hennesy)

Capture d’écran 2014-07-14 à 16.25.58Enfin et pour ce qui concerne plus généralement les questions d’innovation, de modèles d’affaire et de management, rendez-vous au Panorama des Innovations Managériales (1er et 2 octobre) à Paris.

Le secteur de la santé dope son innovation au numérique à Genève


On parle souvent transformation des entreprises et des organisations en réponse à une adaptation nécessaire à un monde numérique donc différent.

Tous les secteurs de l’économie sont concernés et les bonnes pratiques (eg. celles qui font sens et donnent des résultats) se diffusent au coeur des réseaux et des organisations.

C’est ainsi que Genève accueillera les 28 et 29 août les « World Innovation Day – I4H », traduisez « Innovation for Health ».

Créees à l’origine par le Docteur Didier Pittet, ces journées de l’innovation dans le monde de la santé et AU SERVICE DU PATIENT (souvenez-vous de la première journée de l’hygiène des mains) deviennent sous l’impulsion de François Gilardoni, le rendez-vous essentiel au service des porteurs de projets innovants, une initiative largement supportée au niveau international.

Didier Pittet et François Gilardoni ont imaginé une compétition à laquelle 12 startups (Canada, Hong Kong, Suisse, Afrique du Sud) porteuses de projets vont participer.
Le public (par un vote en ligne) et le jury seront appelés à désigner les projets qui recevront le titre de « Innovation for Health Award of Excellence« .

Les critères d’évaluations sont clairs :

  • Caractère perturbant (rupture)
  • Impact
  • Pionnière
  • Ouverture au concours d’autres
  • Pertinence pour la communauté et les organisations de santé
  • Durabilité
  • Adaptabilité

Par ailleurs des « posters » sont proposés à tous creux qui souhaitent donner de la visibilité à un projet et à la voir évaluer par un jury d’experts internationaux et les candidatures sont encore ouvertes (voir ci-dessous pour les détails pratiques).

Enfin, cette initiative sera entièrement retransmise en ligne les 28 et 29 août et relayée sur Twitter (#WIDI4H).

Pour tous ceux qui s’intéressent à ce que la démarche « social business » et le monde numérique peut apporter dans le domaine de la santé, au service d’une approche humaine, simple, efficace et toujours respectueuse de la singularité du patient, vous trouverez matière et information à Campus Biotech – Genève fin août.

En attendant, un rappel musical de ce que le Docteur Didier Pittet a su convaincre de mettre en oeuvre à chaque fois que nécessaire pour notre meilleur être !

La soumission de posters :
Qui peut soumettre ?
La compétition principale verra les anciens lauréats des diverses « Journées de l’innovation » mondiales s’affronter lors d’un concours de pitch. Cependant, le personnel médical, de recherche et les start-ups peuvent soumettre leurs innovations au travers d’un poster et avoir ainsi l’occasion de présenter leur projet à un public international, à des investisseurs et des spécialistes du domaine (présentation en anglais).
Les 10 meilleurs posters seront sélectionnés et les finalistes seront invités à venir pitcher leur projet sur scène. Les 3 meilleurs pitchs seront annoncés gagnants.

Prix: Prix du poster WID‐I4H

Comment soumettre?
Soumettez votre poster à cette adresse: submit@world-innovation-day.com

Attention : poster et présentation en anglais uniquement
La taille requise est A0 et le format de fichier doit être en pdf.

Dates importantes :
• 14 Juillet 2014: date limite de soumission des posters
• 28 Juillet 2014: notification des projets sélectionnés
• 4 août 2014: feedback des évaluateurs aux auteurs
• 15 Août 2014: date limite d’inscription pour les projets sélectionnés (pitch et présentation du poster)
• 28-29 Août 2014: présentation lors du « World Innovation Day »

Plus d’informations sur l’événement et l’appel à projets sur « Posters », flyer en anglais en pièce jointe.