THINK DIGITAL, avez-vous réellement besoin d’imprimer cet email ?


Traditionnellement le texte qui accompagne cette question en bas de messages et Think Green ……., mais tout cela n’a rien à voir avec une sensibilité écolo !
Tant mieux si cela aide à ne plus imprimer un courriel, mais la motivation n’est pas la bonne !

Si vous avez le réflexe d’imprimer emails et autres documents à réception, c’est que vous appartenez à la tribu des « analogiques » et il est temps de faire votre « révolution » !

keep-calm-and-think-digital-55

L’email est un outil qui illustre parfaitement selon moi les écueils sur lesquels échouent souvent les tentatives de transformation digitale !

Disponible depuis 1971, le courrier électronique a réellement « décollé » à partir du milieu des années 90, quand son usage s’est répandu à des fins de communication personnelle.

Ce qui se passe dans une transformation digitale conduite par l’apparition de nouveaux usages tient à un constat : les habitudes ne sont pas remises en cause, seuls les outils peuvent différer.

L’incroyable appétit des utilisateurs que nous sommes pour des outils comme l’email (ou encore la « vidéo conférence » à la Skype ou Face Time) tient à l’apport indéniable en vitesse, confort et convivialité.
La possibilité d’embarquer des contenus numériques (audio, images et vidéos) et de les partager en temps réel avec famille et amis a suffi à nous convaincre, à juste titre !
Et les entreprises ont commencé à mettre l’outil à disposition des utilisateurs sans autre formation puisque déjà utilisé à titre privé, l’email n’avait aucun secret pour eux !
Depuis, l’email est le plus souvent utilisé comme un « courrier traditionnel » – gratuit – avec en plus la puissance de diffusion et la quasi absence de limite pour les pièces jointes.

Le premier atout de la transformation digitale a été ainsi – faute de vision et de réflexion – largement galvaudé sans que personne ne s’en préoccupe vraiment !
Qu’en sera-t-il des autres qui en manqueront pas de figurer dans le jeu des CDO ?

Il est important que les employés soient à l’aise avec les outils proposés dans et hors l’entreprise, mais, comme mous l’écrivons – Franck Lapinta et moi-même – dans un billet publié ce jour sur Facteur H :

Aujourd’hui, le conservatisme des uns et l’impétuosité de quelques autres fragilisent l’entreprise ….

mais, si

l’employé ne comprend pas bien pourquoi ce qui lui est si facile à faire dans le monde numérique pour son quotidien privé devient difficile, voire impossible dans l’entreprise!

Il est essentiel de mettre un peu de pédagogie, d’accompagnement pour que l’usage dans la relation professionnelle soit pour l’email et les autres outils disponibles parfaitement compris comme différent !

Et les recettes ne manquent pas : la règle des 3 emails ou encore la méthode forte, c’est selon 🙂

Et puis pensez numérique, arrêtez d’imprimer vos emails et passez moins de temps à les lire et plus à les exploiter !

Social Business, pourquoi rester simple quand on peut faire compliqué ?


Au delà de la provocation, la question reste très pertinente (à mon avis).

shadock5On constate aujourd’hui une surévaluation globale de la maturité numérique et on a bien compris qu’elle n’est pas une question de génération mais bien plus d’état d’esprit !

Une stratégie « social business » c’est avant tout au sein de l’organisation le moyen de trouver les meilleures solutions pour favoriser la performance économique et sociale.
Et de ce point de vue, il n’est pas acquis que la complexité, pour ne pas dire la complication, soit très pertinente.

Tout à chacun, nous sommes très créatifs pour imaginer et mettre en oeuvre des « solutions de contournement » au quotidien et ceci sans péjorer ni les résultats, ni la réalisation des objectifs, mais parfois aux dépens de procédures ou contrôles lourds et ressentis comme inutiles.

Sans tomber dans le « simplisme », il nous faut bien reconnaître que très souvent plus de souplesse, des outils mieux adaptés et un message clair à propos de la valeur (pour soi et l’entreprise) de certaine procédures et pratiques suffiraient – dans un premier temps – à améliorer la productivité et la satisfaction de la plupart des employés.

Mais que nenni …….. la faute à qui ?

A tous seigneurs, tous honneurs : la C-suite

Les dirigeants (C level) des entreprises partagent pour beaucoup un manque avéré de culture numérique et  du coup ont beaucoup de mal à mettre en perspective l’entreprise et sa proposition de valeur (produits et/ou services) dans une vision dynamique.

Il en résulte trop souvent une « surenchère » au niveau des objectifs assignés aux projets de transformation de l’organisation dont ils sont responsables !

Cette surenchère est accrue par l’impatience (culture du court terme) qui « paralyse » les chefs de projets et les métiers avec pour maigres résultats des intranets « relookés », des espaces collaboratifs « traditionnels » et efficaces, des communautés « timides » et une mise en oeuvre de la mobilité souvent limitée à l’utilisation des tablettes et des smartphones pour recevoir, lire et envoyer ses emails (à l’image de ce que font la plupart des managers en réunion !).

Aux espoirs irréalistes s’ajoutent parfois les comportements immatures et « bébés gâtés » !

Et de ce côté, les métiers et les utilisateurs en général ne font très souvent rien pour simplifier les projets et leur mise en oeuvre.
En dehors de la fracture numérique et des écarts de motivation au sein des équipes, il n’est pas rare de constater une surenchère des employés qui pour certains jugent l’intérêt et la valeur des solutions fonctionnelles proposées à l’aune de ce à quoi ils ont accès à partir de leur smartphone perso.

Il y a les autres, ceux qui voient dans le numérique une source d’inquiétude majeure et à qui le « stress technologique » a déjà fait perdre leur objectivité et leur confiance en eux.
Et, plus globalement, il y a les métiers qui, à l’instar de la C-suite, sont en quête de la « formule magique » qui permettra de faire mieux, plus vite, plus rentable, moins cher et que sais-je encore !

Il en résulte une complication (volontaire ou pas, c’est selon) des projets, complication qui nuit à leur mise en oeuvre technique, mais également au développement de la proposition de valeur qu’ils véhiculent, faute de pouvoir y associer l’accompagnement et la pédagogie nécessaires.

De surcroît, une production informatique, pour qu’elle soit efficace en terme de services, doit apporter des garanties de qualité, de sécurité, de disponibilité (réseau, hardware) et d’évolutivité ; toutes qualités par ailleurs très peu importantes quand il s’agit d’une application utilisée à titre privé !

Mais, il y a aussi les éditeurs …et les intégrateurs qui ont vu dans le « social business » un relais de croissance et/ou une occasion d’innover.

De ce côté, les dernières années ont été l’occasion d’une surenchère dans la mise en oeuvre de fonctionnalités avec un rythme de « nouvelles versions » tous les 6 ou 8 mois !!
Pour une production informatique, c’est probablement un rythme trop élevé et on ne sait pas bien d’où vient « la pression » !
Et tout cela pour en arriver à une offre « iso fonctionnelle » et standardisée en terme d’interfaces (toutes plus ou moins Facebook like !).

L’accent est probablement du côté des éditeurs plus à mettre sur une réelle offre mobile que sur une déclinaison à l’infini des, parfois éphémères, applications qui font « le buzz » sur l’Appstore ou l’AndroidMarket !

En fin de compte, la plupart des projets qui fonctionnent bien au regard des objectifs qui leur ont été assignés sont ceux dans lesquels les fonctionnalités disponibles sont celles qui sont utiles aux utilisateurs et dont la mise en oeuvre est pertinente en terme d’ergonomie et de résultats.

On en revient toujours au SENS, à la proposition de valeur, et c’est bien pourquoi ces stratégies et ces initiatives ont plus besoin de support, de cas d’utilisation, d’utilisateurs clefs, d’ateliers, d’objectifs, de mesure, d’accompagnement, de pédagogie et de gouvernance que de benchmarks techniques et fonctionnels !

Selon vous ?

[E20]Coopération, collaboration : besoin urgent de pédagogie !


Les débats continuent et s’éloignent parfois d’une réalité quotidienne dans laquelle la culture, les usages, les besoins, mais aussi les personnes ou encore les contraintes sont au coeur des succès et des échecs et c’est à ce sujet qu’il convient de regarder ces pratiques avec pragmatisme.

Une technologie de collaboration n’a ni valeur, ni sens, ni conséquences par elle-même : c’est la pratique ou l’usage qui décide de tout cela.

(Wanda J. Orlikowski, 2003)

Harold Jarche reprenant Stephen Downes précisait :

collaboration means ‘working together’. That’s why you see it in market economies. markets are based on quantity and mass.

cooperation means ’sharing’. That’s why you see it in networks. In networks, the nature of the connection is important; it is not simply about quantity and mass …

You and I are in a network – but we do not collaborate (we do not align ourselves to the same goal, subscribe to the same vision statement, etc), we *cooperate*

Et puis il y a l’économie collaborative qui parfois revêt les habits de l’économie solidaire (pourquoi pas!) et dans lequel la France (ou du moins certains acteurs et porteurs de projets) prétend « faire la course en tête« .

Il est clair que la crise et la montée en puissance de l’économie numérique ont permis d’imaginer des nouvelles manières de travailler, consommer, agir et finalement faire du business, et c’est tant mieux.

collaborationLes start ups – digital natives companies – investissent à corps perdu ces espaces et réinventent (ou presque) l’offre de produits et de services au travers d’une expérience utilisateur « magnifiée ».

visionLes autres entreprises tentent avec plus ou moins d’envie, de moyens et de résultats de faire évoluer les pratiques et les méthodes pour gagner en agilité, en efficacité et elle l’espère en pérennité.

Mais, digital natives ou digital immigrants, ils sont tous confortés à une réalité que Bertrand Duperrin, dans un billet intitulé : Les limites de la collaboration sociale : une affaire de «pull», présentait ainsi :

Nul besoin de chercher midi à 14h : c’est la proximité du client qui « tire » l’impératif de transformation dans la mesure où il est source de revenu et vecteur de réputation alors que le salarié est coût et vecteur d’ennuis. …… désormais outillé pour peser dans une relation dans laquelle il a son mot à dire (il paie…), le client impose à l’entreprise de revoir ses modes opératoires.
On est ainsi passé en quelques années de stratégies purement média  à des stratégies relationnelles, productives, voire à de la co-construction lorsque c’était possible.
Le client est rentré dans l’entreprise et elle s’organise en fonction sachant qu’au delà des « likes », « RT » et autres « +1″ il vote au quotidien avec son carnet de chèques.

Réaliste, ce constat est l’occasion de plusieurs réflexions quant à la réussite de ces projets.

La mise en scène (ou l’illustration) de la valeur de la collaboration est une première étape dont on aurait tort de s’affranchir !
Tout le monde pense que la collaboration apporte beaucoup et que « cela va sans le dire », hors pour ma part, il apparaît que cela va encore mieux en le disant  et que la PEDAGOGIE est la grande absente des discours et des analyses produites et publiées ci et là.
Il en est de même pour la coopération (que j’assimile volontiers au partage) qui ne peut que souffrir de cette  absence d’accompagnement et d’apprentissage.

Le succès et la vitalité de l’usage des médias et des réseaux sociaux grand-publics ont presque réussi à convaincre que tout ceci était facile, j’allais écrire naturel.

Je ne sais pas s’il y a un gène collaboratif ou coopératif, mais il est probable qu’on est ici plus proche de l’acquis que de l’inné et qu’à ce titre, les entreprises ont beaucoup à faire pour faire évoluer les pratiques au bénéfice de leurs clients et ainsi au leur et à celui de leurs employés.

Si on en croit les analystes, les sondages et l’observation des usages, on constate vite que rares sont les réseaux et médias sociaux qui ont un réel succès.

communauté
On constate également que le partage est souvent le fait des mêmes personnes et que les communautés qui fonctionnent bien – en terme de pertinence – sont celles dont les objectifs sont clairs et dans lesquelles la bienveillance, l’empathie et la gouvernance (animation) sont au service de la valeur !

Pour beaucoup, il est plus simple d’accepter que c’est facile, qu’il suffit de s’y mettre et qu’une « petite formation » doit suffire !
Pas si sur !
Un des écueils est bien celui de l’apprentissage qui sera bien insuffisant s’il se résume à une formation aux outils et aux solutions.

La logique de rentabilité (ROI) des entreprises les pousse à imaginer la formation comme le moyen d’une rentabilité plus rapide, hors en matière de coopération et de collaboration, la mesure de l’efficacité est plus difficile et la question du ROI toujours pendante ce qui ne simplifie pas les discussions lors qu’il s’agit de dégager des budgets.

La valorisation de la relation sociale en entreprise a besoin d’un apport en terme de pédagogie.

il ne s’agit plus de faire de l’évangélisation pour convaincre les membre de la C-suite et autres sponsors, mais d’être au quotidien à côté des acteurs en leur faisant comprendre les atouts de ces pratiques tant au point de vue individuel que collectif.

Découvrir

Le temps des analyses, des thèses et des justifications est passé et les organisations doivent maintenant considérer leur offre d’accompagnement de leurs employés, non plus comme un catalogue de formation, mais bien plus comme une palette pédagogique (outils, ressources et méthodes) au service de leur vision !

Tout reste à faire en de domaine, faisons-le ensemble !!!!

Pour aller plus loin :

Successful individuals in a network society will see that their connections change over time, and that openly sharing will make them more valued nodes in the long run. In networks, cooperation is simultaneously altruistic and selfish

Harold Jarche

TIMN-cooperative-collaborative-450x392